À qui profite l’argent des banques centrales ?

Depuis le mois de mars de cette année, la Banque Centrale Européenne (BCE) a annoncé la mise en place d’un nouveau programme visant à injecter 750 milliards d’euros supplémentaires dans l’économie de la zone euro, le « PEPP » (Pandemic Emergency Purchase Program). Au total, cette année, elle devrait donc dépenser plus de 1000 milliards d’euros pour soutenir la croissance économique. Mais à qui profite cet argent ? Pour répondre à cette question, nous allons d’abord rappeler quelques notions. 

Qu’est-ce qu’une banque centrale ?

Une banque centrale est une institution dont le rôle est de créer la monnaie fiduciaire, de gérer la masse monétaire, de superviser les marchés financiers, mais aussi d’être la banque des banques commerciales. Elle définit également la politique monétaire et la met en œuvre. 

En Europe, la Banque Centrale Européenne (BCE), créée en 1998, a remplacé les banques centrales nationales des 19 États membres de la zone euro[1]  pour l’émission d’euros et la définition de la politique monétaire. Celle-ci a pour objectif le maintien du pouvoir d’achat et la stabilité des prix au sein de la zone. 

La BCE dispose d’un capital de 10,76 milliards d’euros, et d’une réserve de change de 40 milliards d’euros provenant des contributions des différents États membres, calculées en fonction de leurs PIB respectifs.

Aux États-Unis, la banque centrale, la réserve fédérale (“Fed”) a trois objectifs : un taux d’emploi maximum, des prix stables et des taux d’intérêt à long terme peu élevés. La banque du Japon (BoJ), la banque d’Angleterre (BoE), la banque populaire de Chine (BPC), la banque nationale Suisse (BNS), la banque du Canada (BoC) sont d’autres banques centrales majeures. 

Le Quantitative Easing (QE)

Depuis la crise financière de 2008, plusieurs d’entre elles, dont la Fed et la BCE, ont mis en œuvre des politiques d’assouplissement quantitatif (en anglais “Quantitative Easing”, ou “QE”). Le Japon avait déjà débuté dès 2001.

Ces politiques consistent à inonder les marchés financiers de liquidités. Pour ce faire, les banques centrales rachètent des titres à des investisseurs sur le marché secondaire (une sorte de marché de l’occasion pour les titres financiers). Souvent, il s’agit d’obligations souveraines ou d’obligations émises par des entreprises. Pour financer ces achats, les banques centrales créent de la monnaie “ex-nihilo”. Les vendeurs de ces titres peuvent être des banques, des investisseurs institutionnels[2] (tels que des compagnies d’assurance, des fonds de pension, des caisses de retraite,…), des grosses entreprises, des investisseurs individuels fortunés ou des sociétés de gestion d’actifs/de portefeuilles, notamment. 

Les effets d’un QE

L’objectif est de stimuler l’activité économique, en donnant à ces investisseurs les moyens de financer les projets et les déficits des entreprises et des États. Lorsqu’il s’agit de banques commerciales, elles pourront consentir davantage de prêts aux ménages et aux entreprises, et relancer ainsi la consommation et les investissements.

Au sein de la zone euro, plus de 2 600 milliards d’euros ont ainsi été injectés dans les économies des différents pays membres depuis 2015.

Les achats massifs d’obligations ont raréfié ces titres sur le marché secondaire, obligeant les investisseurs à se tourner vers le marché primaire. La plus forte demande sur ce dernier a augmenté la cote de ces produits sur le marché secondaire, tout en permettant aux émetteurs d’obligations (gouvernements et entreprises) de réduire les taux de rendement des titres fraîchement émis sur le marché primaire. La baisse des rendements obligataires a également incité les investisseurs à se tourner vers les actions, désormais plus rémunératrices. 

La création de monnaie liée à ces QE a déprécié les devises en question. En conséquence, les produits fabriqués par les entreprises locales sont devenus moins chers pour les importateurs. Cela a stimulé les exportations, et soutenu la reprise économique.

Les premiers grands bénéficiaires de cette politique sont donc les détenteurs de portefeuilles investis sur les marchés financiers, qui ont vu ces derniers s’apprécier très fortement au cours des dernières années. Avant la crise du coronavirus, les indices boursiers américains avaient quasiment doublé depuis les pics qu’ils avaient connus en 2008. Les ménages les plus riches, dont la fortune est souvent largement investie sur les marchés financiers[3], ont beaucoup profité des QE.

Sur la fin de l’année 2019, les critiques visant les politiques d’assouplissement monétaire se sont multipliées. Certains observateurs ont pointé leur manque d’efficacité, notamment au regard de l’inflation, qui demeure désespérément basse. D’autres les rendent responsables de certaines déviances de l’environnement économique.

Des dérèglements économiques

Tout d’abord, les taux d’intérêt historiquement bas ont favorisé une frénésie d’emprunts, d’autant que les taux d’intérêt de quelques obligations souveraines sont devenus négatifs. La France, un pays pourtant fortement endetté, s’est ainsi retrouvée capable de se faire rémunérer pour emprunter de l’argent !

Plusieurs gouvernements ont fortement creusé leur endettement public. Celui-ci représentait 117 % du PIB en 2019 pour l’ensemble de l’OCDE, contre 108 % en 2010[4]. La crise du coronavirus a intensifié cette tendance[5], et les montagnes de dettes publiques culminent désormais à des records historiques, posant la question de leur remboursement. 

De nombreuses multinationales en ont aussi profité pour consolider leur position dominante sur leur marché en rachetant des entreprises concurrentes. Aux États-Unis, on a ainsi assisté à l’émergence de géants monopolistiques. D’autres, sous l’impulsion de leurs dirigeants rémunérés pour partie avec des stock-options, ont racheté leurs propres actions pour augmenter le cours de ces dernières, plutôt que de réaliser des investissements productifs. 

En outre, l’accès aisé au crédit a permis à des entreprises peu performantes (les “sociétés zombies”[6]) de survivre. Elles nuisent à l’environnement concurrentiel en pratiquant des prix trop faibles, forçant leurs rivales à s’aligner et à rogner sur leurs marges pour conserver leurs parts de marché. 

Les particuliers sont aussi touchés. L’octroi massif de crédits pour financer des acquisitions de logements a fait flamber les prix de l’immobilier de 5 % par an en moyenne. Les QE ne font pas non plus les affaires des épargnants et des banques, qui subissent de plein fouet la fonte des taux d’intérêt. Les premiers voient leurs économies de moins en moins rémunérées, les secondes éprouvent de plus en plus de difficultés à assurer la rentabilité de leurs opérations, et sont de plus en plus fragilisées.


Références

Par Audrey

Journaliste et rédactrice indépendante, je suis spécialisée dans les sujets économiques même complexes.

Voir tous les articles de Audrey.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *