PER Bourse : évaluer la cherté d’une action

  • Est-ce que l’action Total est trop chère ?
  • Est-ce le bon moment pour investir dans Renault après des mois et des mois de baisse ?
  • Pourquoi dit-on que l’action Tesla a atteint des niveaux de valorisation stratosphériques ?
  • Comment peut-on anticiper l’impact d’une news sur un titre financier ?

Si vous vous êtes au moins une fois posé ces questions, que vous avez voulu comprendre comment il était possible d’y répondre, alors vous vous êtes peut être déjà intéressé au PER (Price Earning Ratio).

Ratio privilégié des spécialistes, il fait souvent la Une des actualités financières et est pour certain, un motif légitime d’achat ou de vente d’une action.

Mais il ne faut pas lui donner plus de noblesse qu’il ne peut en recevoir.

Le PER a son importance certes, et s’il vous donne des informations factuelles et globales, l’interprétation de ce ratio exige d’étendre l’analyse à d’autres facteurs.

Alors je vous propose dans cet article de reprendre les bases et mettre en avant l’un des ratios phares, utilisé dans le cadre de l’analyse fondamentale d’une société.

Qu’est ce que le Price Earning Ratio (PER) ?

Le PER signifie littéralement “ratio cours sur bénéfices”.

Ce ratio, qui peut être considéré comme un indicateur, vise à évaluer le prix d’une action par rapport à ses bénéfices.

Comme les analystes font régulièrement des projections sur les bénéfices futurs d’une entreprise, et que la bourse est censée représenter à l’instant T une lecture des résultats futurs, il faut comprendre que le PER, bien qu’il puisse se calculer avec les données du passé, à davantage d’intérêt s’il prend en compte les résultats attendus.

La bourse essaie toujours d’anticiper…

Et bien que de nombreux sites internets se proposent de vous le fournir, il suffit bien souvent d’écrire sur Google “PER Vinci” pour l’obtenir, il est préférable de le calculer soit même afin de maitriser toutes les données renseignées.

En effet, le prix d’une action évoluant sans cesse, il n’est pas toujours actualisé, ni juste (ce dernier pourrait prendre en compte des bénéfices dits “exceptionnels” alors que nous recherchons des bénéfices nets issus des résultats d’exploitation).

Rassurez-vous, le calculer reste assez simple. Et c’est ce que nous allons le voir dans le paragraphe suivant.

Comment le calculer ?

Le Price Earning Ratio est un ratio, c’est à dire une division, ce qui reste relativement simple à calculer.

Il se calcule de deux façons possibles :

Mais dans les deux cas, il vous faut 3 données : le cours de l’action, le nombre d’action en circulation et le résultat net de l’entreprise que vous visez.


Prenons l’exemple du l’action AXA.

  • Cours de l’action : 19,73€
  • Nombre de titre en circulation : 2 417 706 674
  • Résultat net attendu sur 2021 : 6 333 000 000€

Le PER de l’action AXA est donc de 7,53 [ (19,73€* 2 417 706 674) / 6 333 000 000€ ]


Peut être qu’à partir de maintenant vous vous dites : “Ok j’ai compris, mais c’est bien gentil tout ça mais comment faire pour trouver tous ces chiffres ?”

Rassurez-vous, c’est ce que l’on va découvrir dans le paragraphe suivant.

Comment obtenir les données à prendre en compte ?

Boursorama, Lesechos, Boursier, Tradingsat, Zonebourse, Latribune… lorsque l’on cherche des informations sur une action, une multitude d’opérateur se propose de vous aider et avec, dans la plupart des cas, les mêmes informations.

A ma connaissance il n’y a pas de site universel, du moins francophone, alors il faut souvent s’aventurer sur plusieurs sites internets spécialisés.

Ce qu’il est toujours facile de trouver c’est le cours d’une action. Ce dernier étant volatil, il faut se fixer des règles pour ne pas mettre à jour quotidiennement ses données.

A contrario, le nombre de titre en circulation n’est pas toujours disponible mais vous avez toujours une solution alternative.

Soit il l’est, on peut l’apercevoir par exemple dans la catégorie “société” sur Boursorama :

Soit il ne l’est pas! il vous faudra alors le calculer vous même, en divisant la capitalisation boursière par rapport au cours de l’action.

Et le résultat net ?

Les analystes financiers font des prévisions sur les bénéfices futurs des sociétés, en fonction des connaissances qu’ils ont de ces dernières, des données connues et communiquées ainsi que des perspectives macro-économiques.

Les perspectives ne sont pas des données figées, elles peuvent varier trimestriellement en fonction des résultats trimestriels.

L’annonce des résultats d’une entreprise est un événement attendu qui donne souvent lieu à un décalage de cours. En effet les résultats peuvent dépasser, être conformes ou décevoir les attentes. S’en suit une révision des indicateurs fondamentales et un ajustement des positions des investisseurs.

Je ne vais pas présenter ici la méthode qui consiste à suivre l’intégralité des communiqués de presse d’une entreprise, c’est la méthode la plus indépendante, mais aussi la plus compliquée.

Aujourd’hui vous avez ZoneBourse qui, dans la partie finance de chaque action, présente les estimations des analystes.

J’ai mis plusieurs jours à rédiger cet article, et vous pouvez voir qu’entre le moment où j’ai calculé les PER (paragraphe comment calculer?) et le moment où j’ai repris les estimations de bénéfices sur l’année 2021 sur ZoneBourse (image ci-dessus), ce dernier avait légèrement changé.

C’est un bel exemple pour vous mettre en vigilance sur l’aspect temporaire et estimé des données.

Malheureusement, il n’y a peu de sites gratuits qui offrent les estimations de chiffre d’affaires, de résultat d’exploitation et de bénéfices net.

ZoneBourse se retrouve être le Bon Samaritain de la finance francophone, mais finira par vous limiter le nombre de requête quotidienne.

Un peu dommage mais compréhensible.

L’objectif à court-terme reste rempli, vous avez toutes vos données pour calculer vos PER! Reste maintenant à les exploiter.

Comment interpréter un PER ?

Nous avons vu que le PER d’AXA était de 7,53. Nous sommes le 20 janvier 2021, ce PER est donc amené à changer au fil des mois, mais la compréhension du fonctionnement et la lecture d’un PER est une compétence intemporelle.

7,53… Que peut-on interpréter ce ce ratio ?

Il est coutume de classer les PER dans 3 catégories :

Valeurs du PERInterprétation
PER < à 10L’action est considérée comme “bon marché”, est dite “sous-évaluée”
PER entre 10 et 20L’action est considérée être à son prix.
PER > à 20L’action est considérée comme chère, est dite “sur-évaluée”

En réalité, cette interprétation que l’on retrouve dans la plupart des articles à ce sujet est limitée, trop limitée.

Les actions sont des valeurs qui se classent dans des secteurs. Nous avons le secteur de l’industrie, de l’énergie, des technologies, des collectivités… et avec notre exemple AXA, de la finance.

Pour pouvoir interpréter si une action est chère, il faut la comparer à ses concurrents, à son secteur.

Il faut pouvoir comparer ce qui est comparable. Comment peut-il être juste de croire que TESLA et AXA sont comparables sur le seul critère des bénéfices nets. Ils n’ont pas la même activité, pas le même secteur géographique, pas le même impact sur le monde, pas la même gouvernance, etc.

Dès lors, regardons les PER du secteur de la finance avec quelques valeurs comme la BNP, la Société Générale, Commerzbank, HSBC…

Données janvier 2021

AXA, l’action qui semble la plus sous évaluée.

Avec une action à moins de 20€, des bénéfices attendus élevés, l’action AXA a le PER des actions listées le plus faible.

Ce n’est, ceci dit, pas un conseil en investissement. Je n’ai aucune autre information sur le calcul des bénéfices attendus, qui avec la situation sanitaire en Europe pourrait être réévaluée à la baisse.

Commerzbank, l’action vraiment trop chère.

Avec un PER de 658,74, l’action est très très chère!

Commerzbank a présenté des pertes en 2020, les bénéfices au titre de l’année 2021 ont été évalués comme limité. Son Price Earning Ratio est mécaniquement très élevé.

Je n’investirai pas personnellement dedans avec une stratégie essentiellement basée sur l’analyse fondamentale.

9 – 10, le PER qui semble être la moyenne cible du secteur.

Avec 4 sociétés sur 7 dont le ratio capitalisation boursière / résultat net est en dessous de 10, il semble interprétable qu’au dessus de 10 l’action n’est pas bon marché.

On semble d’ailleurs remarquer que les grandes banques Françaises semblent plus solides, en effet les bénéfices estimés en 2021 sont importants et elles ont un ratio acceptable.

Acceptable ? est-ce fiable d’avoir un ratio acceptable ?

Peut-on vraiment se fier au PER ?

Encore une fois, l’interprétation du PER donne une vue généralisée de ce que pensent les investisseurs à l’instant T mais n’assure pas pour autant la réussite des stock pickers.

Nous avons vu dans deux précédents articles, que l’analyse fondamentale pouvait sous-performer par rapport à l’analyse technique, eu égard à l’apport de nouvelles liquidités dans les flux monétaires.

Une action qui est sous-évaluée, peut le rester des années.

D’un autre côté un PER plus élevé peut récompenser la croissance, la régularité d’un titre et donc en quelque sorte la sécurité pour un investisseur.

Il existe aussi le cas où, l’entreprise n’a pas réalisé de bénéfice, son PER est négatif. En réalité, un PER négatif n’existe pas, il est donc de 0.

Bon nombre de société, avec la crise du coronavirus, auront un PER de 0 cette année et peut être en 2021. Elles ne sont pas sous-évaluées, elles sont juste inclassables.

C’est un formidable outil pour évaluer l’impact des présentations de résultat sur les cours (est-ce conforme aux attentes ?), c’est un formidable outil pour donner une vue générale d’un secteur et c’est un outil intéressant pour un swing trader qui souhaite se concentrer sur des bons dossiers.

Mais a contrario, PER faible ou élevé, à court terme, tout est possible. 😉

Par Christopher LFT

Cadre du secteur privé, à l'aise avec les chiffres et investisseur particulier passionné par la finance. Je suis acteur / consommateur du trading francophone depuis plus 5 ans. Devenu autonome, j'ai décidé de vous apporter mon retour d'expérience et ma compréhension des marchés, qui est bien différente de ce que vous propose les vendeurs de rêves.

Voir tous les articles de Christopher LFT.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *