La Bourse pour les nuls : mon avis sur ce manuel

Manuel de référence, “La Bourse pour les nuls” a attiré mon attention. Je suis prêt à vous livrer mon avis. En ferez-vous une précieuse base d’apprentissage ?
blank

Ha, La Bourse pour les nuls… je suis heureux de pouvoir vous donner mon avis sur ce livre, car il m’a particulièrement marqué.

Pendant longtemps, avant l’invasion des technologies numériques, le réflexe consistait à investir dans un ouvrage spécialisé pour approfondir un sujet et en comprendre les enjeux. Désormais, Internet a sérieusement compromis cet automatisme.

Mais il serait dommage de renoncer complètement aux manuels physiques. Beaucoup moins onéreux que la plupart des formations en ligne, on y trouve pourtant des approches très intéressantes, étayées par un sens aiguisé de la recherche.

En anglais, l’expression “L’habit ne fait pas le moine” devient “Ne juge pas un livre à partir de sa couverture”. En l’occurrence, j’ai envie d’invoquer ce proverbe… mais par rapport au prix de la publication qui va nous intéresser ici. Franchement, les quelques euros à débourser valent largement l‘investissement.

Le nom de cet élu en papier ? La Bourse pour les nuls, donc, livre à propos duquel je vais vous donner mon avis. Je m’en suis offert la 5e édition, curieux de voir, de savoir si les méthodes à l’ancienne pouvaient encore m’apprendre quelque chose.

Est-ce que je me considère comme un… “nul” pour autant ? Non. Bien sûr que non. D’ailleurs, cette série aux mythiques couleurs jaunes ne considère pas les lecteurs comme des imbéciles. Le terme “dummies” (en version originale et au pluriel, donc) est à prendre au second degré. Le concept est avant tout pédagogique – dans le sens global du terme.

Alors, que peut-on (ré)apprendre grâce à La Bourse pour les nuls ? Y a-t-il vraiment quelque chose à en tirer au crépuscule de l’année 2023 ? Voici quelques informations à ce sujet.

La Bourse pour les nuls 5ème édition

blank

4,4 sur 761 avis

“Il convient à tout niveau”

blank

4,5 sur 56 avis

“Livre complet et facile à lire”

blank

5 sur 1 avis

“Les nuls, toujours une bonne édition”

Note moyenne obtenue grâce à la synthèse des avis publics des principales marketplaces.

blank

Ce que vous êtes sur le point d’apprendre :

  • Pourquoi oui, en effet, ce manuel est susceptible d’intéresser tous les traders, y compris à notre époque.
  • Dans un registre particulier, et cette remarque découle de ma lecture, je vais mettre en lumière la raison pour laquelle il est (vraiment) déconseillé de commencer à investir en bourse avec un capital important.
  • Pour finir, je vais me concentrer sur les potentielles (et fréquentes) déception des spéculateurs lorsqu’ils font leurs premiers pas. Et même… le long du parcours. Oui, si j’ose l’expression, il faut “s’accrocher” en trading.

Gérard Horny : un auteur hautement qualifié

Lorsqu’on est sur le point d’aborder un livre, quelle que soit sa nature d’ailleurs, il est intéressant de se renseigner un peu sur son auteur. Et Gérard Horny… n’est pas n’importe qui. Journaliste spécialisé dans les sujets économiques et financiers, il a passé la grande majorité de sa carrière dans les locaux d’un hebdomadaire financier, jusqu’à devenir rédacteur en chef.

Auteur des 5 éditions de La Bourse pour les nuls, il écrit aujourd’hui activement pour le magasin en ligne Slate.fr – cette fois en tant que journaliste indépendant.

Fort de son âge avancé, il a plus à nous apprendre, à nous transmettre que l’inverse – constat que l’on ne peut pas toujours faire avec les formateurs en ligne – mais on comprend aussi, en s’interrogeant sur sa trajectoire, que cette sagesse a des limites.

Et pour cause : Monsieur Horny est un éditorialiste. Il expose, présente, écrit. Mais a priori, ce n’est pas un trader ou investisseur de renom. N’y a-t-il pas, dès lors, un manque d’expérience… sur le terrain à redouter ?

Je n’irai pas plus loin sur ce point, car je ne suis pas là pour faire un procès à cet auteur. Ce qu’on peut affirmer, c’est qu’il cultive une certaine légitimité. Le fait qu’il ait étudié la thématique à ce point et que les éditions se soient multipliées montre un désir sincère d’exhaustivité et de rigueur.

C’est alors sans trop de réserves que je vous partage quelques éléments tirés de La Bourse pour les nuls, parmi ceux qui m’ont parus intéressants.

La bourse : l’importance de s’instruire

Dès l’introduction, Horny rappelle subtilement que la bourse divise, qu’elle peut provoquer des réactions vives plaçant d’un côté les réfractaires au capitalisme actuel et, de l’autre… ce qu’on pourrait nommer les “opportunistes”.

Un autre principe doit être mis en lumière : ceux qui rejettent les marchés boursiers en boucle ignorent souvent tout (ou presque) des mécanismes de la finance.

Dans un autre registre, il est très justement rappelé que la bourse n’est pas un casino. On ne “joue” pas en bourse, on investit en attendant/espérant très logiquement un retour. Ces placements et prises de positions permettent de rester connecté(e) au monde. Au delà des mécaniques financières brutes (et des gains à la clé, quand tout se passe bien), certains y trouvent véritable une satisfaction personnelle, une manière de vivre l’actualité et les fluctuations qui en découlent.

Comment faire le lien entre ces trois réalités ? C’est simple : rien ne vaut l’éducation, au sens brut du terme, si l’on souhaite s’intéresser à la finance. Simplifier le paradigme en imaginant deux clans (les méchants profiteurs et les gentils qui restent en retrait) montre un manque de recul et de nuance par rapport au trading. Il est, dès lors, important de s’intéresser aux bases, et de rendre ses lettres de noblesse au genre. Sans l’idéaliser.

Le fait que vous lisiez ces quelques lignes est déjà une forme d’implication. Il est rare d’en parler mais la prise d’autonomie et d’indépendance vis-à-vis de la gestion de l’épargne personnelle, en aiguisant sa curiosité, en lisant des livres et des articles (sérieux) sur le net… peut aider à se construire ; à développer son esprit critique. Vous éloignez le spectre des formateurs douteux, des courtiers cupides et des conseils malicieux. Du moins, vous faites un pas dans cette direction.

Ne pas confondre jeux de hasard et trading/placements en bourse

J’ai déjà eu l’occasion d’aborder ce sujet sur le site, mais vous n’avez peut-être pas lu tous les billets. Ainsi je me permets d’en dire à nouveau quelques mots.

Il y a des points communs entre les jeux de hasard et la bourse. Par exemple, dans les deux cas, il est question de prendre des risques. D’espérer un gain tout en acceptant des pertes potentielles.

Mais en termes de mécanismes, les deux activités (celle du joueur et du trader) se séparent largement. Même au poker, moins aléatoire que la roulette ou les machines à sous, la chance tient une place importante. Quand on spécule sur les marchés financiers, il arrive que le sort s’acharne, mais il y a une foule d’autres éléments bien plus tangibles à considérer.

L’actualité, les mouvements de gros investisseurs, les prévisions (sans qu’elles ne soient jamais sûres à 100%, rappelons-le) rendent le trading autrement plus pragmatique que le gambling.

Ainsi, je vous déconseille vivement de compter sur vos numéros fétiches ou votre “video slot” pour faire fructifier votre fortune. Il est difficile, dans ce domaine, d’apprendre de ses erreurs et de s’améliorer sensiblement comme en bourse. À chaque nouvelle partie, une remise à zéro survient.

Quittons cet aparté d’utilité publique pour reprendre le fil. Avec une question intéressante : cet ouvrage, celui de Gérard Horny, est-il vraiment pour les “nuls” ? Ou, disons, les “débutants” ?

La Bourse pour les nuls avis : un ouvrage réservé aux néophytes ?

Pour ma part, je n’écris pas à destination des nuls !

Bien que populaire et humoristique, comme je le disais tout à l’heure, je trouve quand même ce qualificatif bien trop péjoratif. Je lui préfère “débutant”, histoire de ne froisser aucune sensibilité.

Quoi qu’il en soit, j’ai pris du plaisir à lire ce livre, à découvrir et redécouvrir certaines statistiques. Par exemple, savez-vous que seulement 6% de la population française possède des actions ? J’avais conscience que les Français boudaient ce type d’investissement, mais je n’aurais pas estimé un pourcentage aussi faible. J’ignorais également que le nombre d’actionnaires français avait été divisé par deux depuis 2008.

Bref, je réalise que cet ouvrage pourrait plaire à beaucoup de monde. Est-il, toutefois, pertinent de le placer dans les mains d’un initié ?

La Bourse pour les nuls : les initiés doivent-ils passer leur chemin ?

Je ne crois pas. Ce livre peut servir aux initiés, aux passionnées et même aux intermédiaires en quête d’actualisation. Il couvre le fonctionnement global des marchés financiers, champ de compétence qui n’est pas toujours enseigné dans une formation trading.

Car oui, le fossé entre la théorie et la pratique existe (doux euphémisme), la bourse c’est tout un univers qui a son propre vocabulaire. L’apprentissage peut être rapide, efficace… mais ne doit pas vous faire oublier les bases fondamentales. Au risque d’avoir des mauvaises surprises.

L’une des clés pour réussir : la fructification d’un investissement tient notamment dans la qualité du trader à rester aligné avec l’analyse tripartite. Celle que nous, particuliers, pouvons entreprendre (analyse fondamentale, analyse technique et analyse conjoncturelle).

Un manuel bien organisé et agréable à lire

L’ouvrage est découpé en 6 parties progressives et logiques, que vous pouvez suivre agréablement, sans vous poser de question :

  • La première met en lumière les raisons pour lesquelles on peut s’intéresser à la bourse. Elle met en lumière des arguments intéressants.

    L’auteur dresse un bilan des meilleurs placements envisageables. La bourse entre là en confrontation directe avec l’immobilier – l’alternative préférée des français – et se retrouve désigné grand vainqueur. Si l’éclatement de la bulle internet (2000) et la crise des subprimes (2008) ont réduit les performances de la bourse ces dernières années, elle n’en reste pas moins le choix le plus judicieux sur un période d’observation très longue (environ 50 ans).

    Attention aux chiffres néanmoins, car on peut leur faire dire tout et n’importe quoi ! Toujours est-il que globalement, et si on les accepte telles quelles, ces données révèlent, confirment l’accessibilité du marché action aux intéressés. Le langage technique devient un leurre, la bourse n’est pas réservée à “ceux qui savent” et le livre dédramatise la modestie de certains capitaux.
  • La deuxième partie est réservée au b.a-ba des marchés. Vous allez pouvoir découvrir les principaux intervenants et intermédiaires, tenter de comprendre comment fonctionne le prix d’une action et comment acheter ces dernières. Les différentes règles expliquées et les liens tissés avec l’économie me semblent pleins de bons sens.
  • La troisième partie se concentre sur la gestion d’un portefeuille. C’est la partie la plus conséquente du livre. Les principaux concepts de l’analyse fondamentale et de l’analyse technique vous seront présentés. C’est intéressant pour celle ou celui qui souhaite reprendre les bases et se réaligner sur certaines notions (prise en compte des statistiques économiques, suivi raisonné des résultats d’entreprises, etc.).
  • La quatrième partie vise à aller plus loin ; autrement dit à découvrir les produits dérivés et les obligations. C’est une section qui peut présenter moins d’intérêt pour la personne s’intéressant exclusivement aux marchés financiers.
  • La cinquième et dernière partie permet à l’auteur de prodiguer quelques conseils, en partant des principaux adages boursiers, le tout assorti d’un glossaire qui vous permettra de comprendre le sens des mots employés tout au long de l’ouvrage.

Les qualités rédactionnelles de l’auteur nous aident à appréhender et à comprendre les principaux sujets évoqués. Il se peut que certains débutants puissent buter sur quelques éléments, mais une deuxième lecture devrait corriger le tir.

Dans tous les cas, je tiens à préciser que non, une heure de formation gratuite ne suffit pas à se préparer pour le grand saut. Même la lecture d’un manuel aussi complet et sérieux demande, au-delà, un certain approfondissement.

Une autre question mise en exergue par l’ouvrage a piqué ma curiosité. Quel est le montant à engager lorsqu’on veut vraiment tenter l’expérience des marchés financiers ?

Une question qui revient : avec quel montant débuter en bourse ?

Si l’accessibilité (et donc la possibilité de tenter sa chance pour un particulier) semble bien réelle pour Monsieur Horny, un doute subsiste : avec quel montant débuter en bourse ?

Sur ce point, il y a pour ainsi dire une contradiction. En premier lieu, l’ouvrage nous invite à investir des petits montants mais à les diversifier sur plusieurs actions. À ce moment-là, on comprend qu’avec quelques centaines d’euros on peut commencer à investir en bourse.

Puis vient le temps de se reposer la question et de l’affiner. L’argent qui doit être investit en bourse est de l’argent que nous devons être prêts à perdre ! Les liquidités vitales (avec une marge pour les loisirs) doit se loger dans le livret A ou ses équivalents internationaux. Reste alors l’argent “investissable”. Et c’est là que je suis circonspect : on parle alors d’un minimum de 5 000€ voire idéalement de… 15 000€. Ah 😒. Très bien. C’est cinq à dix fois le salaire de certaines professions.

J’ose trancher en parlant d’un “faux débat”. Dire qu’il faut une somme importante pour investir en bourse, c’est inviter le débutant à prendre des risques… considérables. Mieux vaut adopter une logique progressive : l’expérience est un bon guide pour oser (ou non) faire grimper les montants investis.

Une chose est sûre : sans connaissance et évaluation de vos stratégies, vous ne pouvez pas placer vos objectifs. Rien ne vaut donc une initiation.

La Bourse pour les nuls, mon avis : le positif

J’ai globalement apprécié ce livre, notamment pour la justesse de ses propos. C’est cette justesse que j’essaie de retranscrire dans mes articles, celle qui doit vous aider à éviter les pièges et les arnaques en ligne.

Gérard Horny ne prend pas position. Ne crée pas de clans et ne prétend pas déternir une vérité absolue. Il expose. Il ne vous promet pas de devenir riche avec ses conseils mais vous invite à découvrir un univers passionnant… bien que souvent perverti.

C’est un ouvrage que tous les débutants auraient raison de lire ; il se veut simple, accessible, peu onéreux et surtout fiable.

blank

Acheter : La bourse pour les nuls 22,95€

Ce que j’ai moins aimé

Malheureusement cet ouvrage ne s’adresse pas à tout le monde. Il présente avant tout la bourse comme vecteur d’un placement financier long terme ; grâce aux actions. Si c’est effectivement là que la bourse présente le moins de risque, tous les traders/spéculateurs sont laissés de côtés.

J’aurai également voulu retranscrire quelques conseils plus tranchants. Les titres des chapitres sont particulièrement bien choisis “Pourquoi les actions montent ?”, “Comment investir en bourse”, “Procéder aux bons arbitrages au bon moment” mais l’auteur reste dans un style formel et descriptif. Ce sont ses limites, vous ne deviendrez pas trader avec cet ouvrage (et ce n’est pas l’intention sous-jacente, d’ailleurs).

La culture des marchés : un socle à constituer

Exceller dans un domaine demande une certaine culture des marchés et de toutes les activités gravitant autour de ces derniers. Cela implique de lire énormément, de se former, d’essayer (l’expérience est précieuse). L’intégralité des compétences que vous pouvez acquérir vous permettront de faire des liens, de mettre en lumière certains détails, qui pour beaucoup, sont accessoires… tout en se révélant cruciaux.

La Bourse pour les nuls pourrait être votre premier investissement (indirect… quoique), et en même temps le moins risqué. Inutile ensuite de s’éterniser sur les ouvrages du genre ; il faudra alors passer le cap des formations.

Si ce sujet vous intéresse, je vous invite à prolonger la démarche avec les articles suivants :

blank

Acheter : La bourse pour les nuls 22,95€

La Bourse pour les nuls n’a plus de secret pour vous

Ouvrage référence en matière de bourse, La Bourse pour les nuls par Gérard Horny vous aide à comprendre l’environnement des marchés financiers tel qu’ils sont vus par les opérateurs professionnels.

Voilà ce que vous venez d’apprendre aujourd’hui :

  • À travers mon avis, j’ai expliqué pourquoi ce livre constitue une belle entrée en matière dans l’appréhension et la compréhension des marchés.
  • Nous avons vu pourquoi il est possible, même avec un petit capital, de débuter en bourse.
  • J’ai précisé qu’il vous faudra poursuivre votre apprentissage afin de compléter cette première approche (et ce même pour investir à long terme).

Maintenant, à vous d’intervenir 🙂

Partagez vos réflexions. Cet article, ce livre vous intéresse t-il ? On échange en commentaires. ❤️

Total
0
Partages
2 commentaires
  1. Bonjour Christopher !

    Je viens de découvrir votre blog et j’en suis déjà à la lecture d’un quatrième article. Je tiens donc à vous remercier pour ces derniers, et pour la simplicité de vos explications.

    Pour répondre à la dernière question de votre article : oui, j’ai lu ce livre.
    Je l’ai lu durant l’été car la Bourse était un sujet qui attisait ma curiosité (n’étant pas du tout dans ce domaine du haut de mes 22 ans), je dois dire que je l’ai dévoré.

    Je trouve que l’auteur explique d’une manière très claire, les petites annotations annonçant un aspect technique permettent de se concentrer particulièrement sur certains points, en bref un livre simple à lire pour un débutant comme moi.

    D’ailleurs, ce livre m’a passionné. Suite à cette lecture, je compte me procurer d’autres ouvrages sur le sujet, et je poursuivrais mes études vers ce domaine !

    C’était tout pour mon avis sur cet ouvrage, et je suis très heureux d’avoir découvert votre blog, car je vais y apprendre beaucoup de choses !

    Très bonne journée/soirée à vous Christopher !

    Au plaisir de vous lire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires
blank
Lire l'article

Yomi Denzel : est-ce une arnaque ? 

Ce n’est pas la première fois que j’évoque Yomi Denzel. Et pour cause : Mon article “Yomi Denzel, sa…