Le webzine du trading francophone.
Follow
Mes e-mails confidentiels™

Nos 26 meilleurs conseils bourse de A à Z – partie 1/2

Les Formations Trading vous propose 26 conseils pour bien débuter en bourse.

Nous allons nous lancer dans un exercice difficile, celui de vous donner 26 conseils en bourse de A à Z. De vrais conseils, non récurrents, qui doivent vous permettre d’augmenter votre vision et manière de trader. Le défi, bien qu’il soit “marrant” pour nous, doit surtout être intéressant pour vous.

Et s’il n’y avait que 5 conseils à retenir en priorité de ces 13 premiers conseils, je privilégierai ma lecture sur les points A. G. H. L. et M.

A. Apprendre, tu ne cesseras.

C’est le premier point de cet article et aussi, pour moi, le principal. Je ne sais pas si l’on se rend compte de la marche que l’on a à franchir pour devenir un trader profitable. Devenir trader rentable, c’est faire partie du top 10% des meilleurs traders. C’est comme si demain vous vouliez devenir footballeur professionnel, pour vous démarquer, vous devriez être au dessus du lot, et tout le monde sait que la marche est difficile.

Alors il faudra travailler, apprendre et comprendre. La somme de connaissance à maîtriser peut paraitre impressionnante au départ. Les courtiers, l’analyse technique ou fondamentale, les typologies d’actif, la gestion du risque, votre psychologie, les indicateurs, les autres produits dérivés, sont autant de champs d’explorations et d’apprentissage possibles.

Une des grandes différences entre vous et un trader professionnel, est que vous êtes seul face aux marchés. Vous devez porter la “casquette” d’analyste financier, de risk manager et de trader en même temps. Compliqué mais pas impossible. Les Formations de Trading ont pour ambition de vous aider. Car pour nous, OUI vous devriez vous former en bourse, mais pas n’importe où et pas à n’importe quel prix.

Les formations vous intéressent ? découvrez tous nos tests :
https://www.lesformationstrading.fr/category/formations/

B. Les Brokers, tu compareras.

Lorsque l’on débute sur les marchés financiers notre connaissance des intermédiaires est limitée. On souhaite tout de même faire le bon choix, guidé par des conseils de traders/formateurs médiatisés.

Méfiez-vous, il faut savoir que la publicité pour des brokers CFD ou Forex est limitée à certaines conditions en France depuis la loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, dite Loi « Sapin II »[1]. Mais alors pourquoi voit-on de la publicité sur certains sites ? Car beaucoup d’intervenants et d’entreprises ne sont pas résidents Français, ils échappent donc aux législations nationales.

En France vous êtes seulement protégés par les courtiers régulés par l’Autorité des Marchés Financiers. Tous les autres, quel que soit leur qualité, présentent un risque juridique et financier.

Il ne faut pas pour autant s’empêcher de comparer les brokers régulés. Les frais varient d’un intermédiaire à l’autre. Faite le bilan de votre profil de trader : êtes-vous un scalper ou un swing-trader ? Quelle est la proposition d’ordre mensuel passé ? sur quel actif ?. En fonction de vos réponses, vous serez capable de connaitre vos besoins et de vous diriger vers le courtier le plus économique.

C. Tu t’intéresseras aux Cycles économiques.

Les différences cycles économiques[2]

Il existe des cycles économiques long-termes bien connus des économistes (expansion, crise, récession et reprise) ainsi que des cycles moyen-termes liés souvent à l’actualité économique. Ces cycles ont une durée moyenne c’est-à-dire qu’une ou deux journées baissières sur les marchés ne veut pas dire que nous entrons dans un cycle baissier s’il n’y a pas de confirmation.

Sans avoir de biais, puisqu’un cycle de récession peut être neutralisé sur les marchés par une politique monétaire accommodante, la connaissance de l’environnement cyclique dans lequel nous sommes peut vous aider à adapter votre stratégie et vos objectifs d’investissements. Posez-vous la question : est-il juste d’acheter une action dans un objectif d’investissement long-terme alors que nous sommes dans un cycle long-terme de récession et court-terme de baisse ?

D. Dévier de ta stratégie est une erreur.

Je crois qu’on ne peut jamais être sûr d’une stratégie de trading, les performances du passé n’étant pas celles du futur, même les backtests les plus solides pourront être remis en cause. Robotisation, algorithme, progrès technologiques sur le fond le mode d’intervention évolue, sur la forme les marchés ressemblent aux précédents.

Malheureusement ces doutes accompagnent le trader débutant qui, à chaque mauvaise période, recherchera le nouveau saint Graal. J’ai fait cette erreur, oui il faut savoir se remettre en cause, se remettre en question lorsque cela ne va pas mais il ne faut pas oublier que le trading est avant tout une histoire de probabilité soumis à une variance et un écart type.

Pour le comprendre, admettons que le trading soit purement et simplement du hasard, les probabilités sont de 50/50. Mathématiquement avec ces probabilités vous avez 3.13% de risque de perdre vos 5 premiers trades. C’est-à-dire que sur 100 particuliers qui utilisent la même stratégie (évidemment pas au même moment), 3 vont gagner leurs 5 premiers trades et 3 vont perdre leurs 5 premiers trades. Pour autant, il ne faut pas tout remettre en cause, il faut attendre que l’échantillon de trades soit plus important avant d’abandonner. Entrainez-vous avec de très faible investissement ou un compte de démonstration sur au moins 100 trades pour évaluer votre stratégie.

E. Les Entrées chirurgicales ne sont plus ta priorité.

Si vous êtes actif sur les réseaux sociaux, vous trouverez toujours quelqu’un qui aura pris la meilleure entrée. C’est embêtant, complexant. Avec un objectif de devenir le meilleur, si certains personnes s’offrent des meilleurs entrées que vous, vous allez vous intéresser à eux. Et dans le pire des cas, dévier de votre stratégie qui pour le moment est honorable.

Avoir la meilleure entrée, c’est effectuer du trading de mèche. C’est placer des ordres conditionnels pour viser les retournements. C’est agir sans signal. Je ne connais personne qui gagne de l’argent en trading avec ces techniques. Oui, il se peut que le chiffre rond des 12 000 points fonctionne sur l’indice DAX. Mais dans le fond, investir en contre tendance systématiquement est tellement risqué qu’il est bien normal qu’on veuille le partager sur les réseaux quand cela arrive, hein!.

Personnellement j’attends systématiquement un signal pour investir. Même si je me retrouve dans une configuration technique dotée de 10 arguments, le signal reste la confirmation que notre scénario peut se réaliser.

F. Les bases des Figures chartistes, tu auras.

Les figures chartistes font partie intégrante de l’analyse technique. Elles permettent, par la reconnaissance de figures plus ou moins géométriques, d’identifier des consolidations de marché ainsi que leurs sorties.

Les figures se produisent de façon récurrente mais n’ont pas toute la même signification. En effet, certaines figures sont dites de retournement et d’autres, de continuation. Je reste sensiblement en désaccord sur les pourcentages de réussite et objectifs annoncés que l’on peut trouver sur internet ou dans les ouvrages.

Dans le livre de François Baron, Le chartisme, on apprend par exemple qu’un drapeau a 87% de chance de casser dans le sens de la tendance et de remplir son objectif théorique.

Drapeau ou flag baissier – DAIMLER en journalier 23/10/2019

Malgré tout les figures doivent vous servir. Elles permettent d’identifier des zones de consolidation, de tracer des résistances obliques, d’identifier des reprises de volatilité et de gérer votre risque.

G. La Gestion de ton risque sera ton atout.

L’issue d’un investissement présente 4 hypothèses :

  • La première, l’hypothèse la plus souhaitée, vous gagnerez beaucoup. Elle est aussi très rare, car les trades gagnants sont difficiles à tenir et peuvent se retourner très vite.
  • La deuxième, vous gagnerez de l’argent, mais votre investissement ne sera pas extraordinaire.
  • La troisième, vous perdriez un peu, mais cette perte ne mettra pas en danger votre capital.
  • Enfin la dernière, vous perdriez beaucoup. Ce sera dramatique pour votre compte.

Tout trader rentable maîtrise sa gestion du risque et ne se permet pas de perdre beaucoup. Pourquoi me diriez -vous s’il peut gagner beaucoup ? C’est simple et mathématique. Votre capital est votre seul outil de production de richesse. Plus vous gagnez, plus vous pouvez gagner en réinvestissant vos gains. Plus vous perdez, plus votre gestion du risque limite vos tailles de position.

Avec 10 000€ de capital, 50% de performance vous permet de gagner 5 000€.
Mais dans le cas inverse, si vous perdez 50%, votre capital initial descend à 5 000€. Regagner 50% de 5 000€ ne vous fait pas revenir au point de départ, au contraire votre capital ne remontera qu’à 7 500€. Pour revenir au point de départ vous devez faire une performance de 100%. En somme, après une perte, l’effort que l’on vous demande de réaliser est exponentiel pour revenir au point de départ. Dès lors, la gestion de votre risque doit être votre priorité.

H. Un Historique, tu te créeras.

Par historique, vous entendrez aussi journal de trading. Un historique n’est ni plus ni moins que la somme de toutes vos opérations réalisées et en cours. Ce dernier doit être détaillé. C’est à dire référencer vos opérations mais aussi vos dérives (trades clôturés par anticipation), vos ressenties et vos réussites (respect total de la stratégie par exemple). Le journal de trading doit vous permettre de réaliser un travail sur vous-même. De vous remettre en question, de vous faire progresser.

Un historique de trading m’a énormément aidé à mes débuts. Certes c’est chronophage, rébarbatif, mais cela m’a permis de catégoriser mes trades et d’en tirer des statistiques. J’ai pu déterminer des points communs et remettre à plat ma stratégie d’investissement. Et je vous invite à le faire si vous voulez progresser et vous autodiscipliner.

I. Les Indicateurs, tu limiteras.

Un indicateur technique est un outil statistique pouvant être complémentaire à votre lecture graphique et votre prise de décision. La majorité des indicateurs sont basés sur les prix d’un actif ou éventuellement ses volumes. Les indicateurs techniques sont nombreux, mais vous n’avez pas besoin de tous les connaitre. Les plus utilisés par les traders particuliers sont les moyennes mobiles, le RSI, la MACD et le stochastique.

Certains indicateurs s’affichent directement sur les prix, c’est le cas des bandes de Bollinger ou des moyennes mobiles. Quand d’autres appelés également oscillateurs bornés (RSI, MACD, etc.) vont s’ajouter à proximité du graphique initial.

Illustration d'un graphique avec indicateurs techniques
Illustration d’un graphique avec indicateurs techniques

Pourquoi je ne recommande pas d’utiliser trop d’indicateurs ?

Les indicateurs ne sont pas prédictifs. Ils sont quasiment tous calculés à partir des prix disponibles. Ils ne vous offre donc aucun avantage sur une lecture graphique directe. Pire en fonction des paramètres définis, ils peuvent être très en retard. En soit, ils ne proposent qu’une lecture graphique alternative aux courbes traditionnelles.

Quelques indicateurs peuvent être utiles pour éliminer les faux signaux. Mais un trop grand nombre rend votre objectif inefficient. Ils alourdissent votre lecture et complexifient votre trading, la complexité n’étant pas un gage de réussite. L’utilisation d’un trop grand nombre élimine vos faux signaux et en définitive, vos signaux. Attendre le combo parfait de tous vos indicateurs vous empêchera de trader la plupart du temps.

On le dit souvent, il faut regarder : “Les prix, rien que les prix.”

J. Ton esprit Joueur, tu perdras.

La bourse doit vous intéresser pour la bonne raison. Celle de trouver des solutions de placement pour diversifier votre patrimoine financier. Il n’est pas question de jeux et le terme “jouer” en bourse peut agacer.

Vous devez vous placer dans la peau d’un vrai professionnel, voir vos prises de position comme des placements avec un retour sur investissement. Vous devez avoir une stratégie claire et définie. Être capable de tenir vos plans, calculer votre Risque/Récompense et maitriser vos pertes.

Si la bourse vous intéresse pour une perspective de gains rapides. Si vous ne pouvez pas perdre votre capital. Si vous recherchez l’adrénaline dans vos prises de position. Alors votre côté joueur est trop présent. Le trading nécessite de la patience et est systématique. On dit souvent que les meilleurs traders s’ennuient, tout simplement.

K. Des Krashs, tu te protégeras.

Un Krash est une baisse anormalement forte d’un actif ou d’une classe d’actif, qui entrainée par la psychologie des foules et les ventes à découvert[3] laissent des conséquences terribles sur toute l’économie mondiale. Les cycles boursiers sont jalonnés de Krashs périodiques qui arrivent généralement après l’éclatement d’une bulle spéculative. Historiquement depuis les années 2000, nous avons eu l’éclatement de la bulle internet 2000/2001 ainsi que la crise des subprimes (éclatement de la bulle immobilière des États-Unis) en 2007/2008.

Incidence des krashs boursiers sur l'indice DAX
Incidence des krashs boursiers sur l’indice DAX en donnée mensuelle

Les Krashs ont ruiné des épargnants et des banques, affichant une baisse de 72% de la valeur des principales actions allemandes pour le premier et une baisse de 57% pour le deuxième.

Malgré tout, ils sont peu prédictifs. Et même si la plupart des films sur la bourse mettent en évidence les plus grands krashs ainsi que quelques “génies” qui ont su les exploiter. Investir sur le “big short” est une erreur et vous aurez probablement ruiné ces dernières années. Il est à mon sens plus convenable de s’en protéger. C’est-à-dire ne pas le nier, il peut arriver à tout moment. Ne pas l’anticiper, il arrivera quand il arrivera, si les indices sont haussiers les probabilités sont dans le sens de la hausse. Et enfin s’en protéger, c’est prendre ses bénéfices, limiter ses tailles de position dans le cas ou la hausse s’inverse et couvrir le restant de son portefeuille par des investissements dans le sens de la nouvelle tendance (ETF BX4 par exemple) en faisant attention aux effets de levier.

L. Le Levier, n’est pas toujours ton ami.

C’est intéressant que ce paragraphe sur le levier arrive juste après celui des krashs, pourquoi ? Parce que le levier c’est, sur le papier, ce qui doit vous faire gagner beaucoup d’argent mais en définitive, vous amène à la banqueroute.

Prenons l’exemple d’un petit levier de 2. Si vous avez 10 000€ à placer vous pouvez, grâce à ce levier, en placer 20 000€. Prenons également en exemple les deux krashs que nous avons vu dans le paragraphe ci-dessus. Le premier krash entraine une perte maximale de 72% soit 14 400€ sur vos 20 000€. Étant donné que vous avez dépassé votre dépôt de 10 000€, vous êtes ruiné. Idem dans le deuxième krash même si la perte maximale est moins importante (11 400€), elle dépasse votre dépôt.

Le plus triste c’est que sans levier et avec une stratégie de Buy and Hold, vos investissements seraient encore entrain de prospérer en 2019.

Le levier est toujours trop important, il amplifie tous les mouvements. Un levier de 20 peut vous ruiner avec seulement 5% de variation. Un levier n’est pas adapté à un petit compte, il vous coute de l’argent. Car quand le broker vous dit qu’il vous prête de l’argent, il prélève surtout des intérêts sur ce prêt d’argent qui vont finir aussi par vous appauvrir.

En savoir plus sur les risques et les effets de levier :
https://www.lesformationstrading.fr/bourse-risque-trading/

M. Moyenner, tu ne feras plus.

Moyenner à la baisse est une technique d’investissement qui consiste à racheter un actif lorsque l’investissement initiale n’a pas fonctionné. Au lieu de prendre ses pertes, l’investisseur estime que le marché lui offre une deuxième opportunité de rentrer à un prix encore plus avantageux, il renforce sa position perdante. Ce type d’investissement est populaire car prendre ses pertes est psychologiquement douloureux et il n’est pas rare qu’une action se retourne vraiment.

Mais dans le cas contraire, vos pertes seront tellement énormes qu’elles peuvent vous emmener à la ruine comme l’illustre cet exemple :

Moyenner à la baisse
Exemple de l’action Renault

Ce schéma nous rappelle qui faut toujours privilégier le suivi de tendance!!

Je conclus cette première partie d’article fort de 13 premiers conseils qui s’ils sont appliqués vous permettront déjà de limiter vos pertes. En espérant que ce concept vous plait et surtout vous aide !!! 🙂


Références

Total
1
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

N'apprenez plus n'importe quoi

Je vous dit tout. Comment générer des profits sur les marchés financiers ? sans prendre de risque inconsidérable (et quelles sont mes astuces).

🎁 En bonus : je vous offre ma calculette Excel action. La seule façon de l’avoir, et découvrir toutes mes techniques avancées, est de s’inscrire à mes lettres confidentielles™.

Notre site utilise des cookies pour mieux vous servir, pour en savoir plus : conditions d'utilisation.