Le webzine du trading francophone.
Suivre
Mes e-mails confidentiels™

Comment gagner en bourse ? [stratégie IPO ©]

Technique gagnante bourse

Et si je vous disais que dans cet article vous allez découvrir une stratégie sur le marché action. Une stratégie qui peut vous permettre de gagner en bourse. Intéressant non… ?

Ce que je vous propose aujourd’hui c’est exceptionnel. Ce n’est pas un article vide de sens. Ce n’est pas un article qui renvoie vers une formation ou un service quelconque. C’est un article qui repose sur des fondamentaux, sur un constat simple.

L’année dernière, pour ceux qui m’ont suivi, j’ai été interrogé par TF1 à la Défense au sujet de la privatisation de la Française des Jeux. J’ai été surpris par cette invitation qui était spontanée. Je n’avais rien préparé. Je ne pouvais m’appuyer que sur mes expériences pour leur répondre.

Et… j’ai voulu leur passer un message. Car inviter médiatiquement les français à investir en bourse, sans connaissance du dossier, est pour moi un non sens. Si nous sommes d’accord pour dire qu’investir en bourse est risquée, alors il faut comprendre que placer son argent dans une Introduction en Bourse (IPO – Initial Public Offering) s’avère être aussi risqué et aléatoire que le casino.

Il y a des pratiques fondamentales derrière ce constat, et nous pouvons peut-être en profiter pour… gagner en bourse. En tout cas c’est ce que je vous propose de découvrir dans les lignes qui suivent.

Accéder en bourse est potentiellement TRÈS douloureux pour les entreprises (et les épargnants).

L’année dernière je partageai un bref historique des dernières introductions en bourse.

Le constat était sans appel. Au delà du nombre d’entreprise en difficulté (du moins en bourse), je suis frappé par l’étendu de la débâcle avec par exemple ENENSYS qui a perdu, en moins d’un an, 90.50% de sa valeur.

Historique introduction en bourse

Alors circonstance exceptionnelle ? ou tendance de marché ? J’ai creusé et recommencé l’opération il y a peu pour toutes les valeurs d’Euronext introduites en bourse en 2019 et encore actives aujourd’hui.

Historique bourse IPO 2019

Dans un contexte post-crise Covid, je m’attendais à un résultat plus flagrant à l’instar de l’évaluation réalisée l’année dernière.

-14,01%, ce serait votre résultat si vous aviez investi sur toutes les introductions en bourse de l’année 2019 avec une stratégie Buy and Hold (achète et garde). Alors que le CAC40 (dividendes non réinvestis) est en très légère progression depuis 2019 :

Données du CAC40

On ne peut donc pas prendre en compte un effet de foule négatif, puisque hormis le mini-crack, le CAC40 a été globalement haussier.

Mais ce qui me frappe le plus… c’est toujours l’ampleur des variateurs. -92.37% pour IMMUPHARMA, -84.22% pour Boostheat, -70.49% pour Fastned B.V. ou encore +118.18% pour Uniphar.

Beaucoup d’épargnants, peut être vous, à la lecture de ces statistiques auraient envie de vendre les introductions en bourse avec un stop de protection large et vous seriez gagnant sur ces exemples. Mais la valeur ajoutée de cet article n’est pas de dresser une statistique des performances de 20 actions, mais de vous faire comprendre les éléments fondamentaux qui se cachent derrière ces résultats.

On commence maintenant.

Pourquoi je me méfie des introductions en bourse

L’introduction en bourse – marché primaire – permet à l’entreprise qui s’introduit de lever des fonds pour mener des projets de développement, ou accélérateur de développement.

L’objectif est donc de valoriser au mieux la société pour attirer un maximum d’actionnaire. Dit autrement, l’objectif d’une introduction en bourse est de soutirer un maximum d’argent des investisseurs. Alors que les actionnaires, eux, souhaitent être récompensés pour avoir participé au développement de l’entreprise.

C’est un conflit d’intérêt majeur, qui en cache bien d’autres :

  • La rémunération de la société accompagnant l’entreprise qui s’introduit est proportionnel au montant levé par l’opération.
  • L’entreprise qui s’introduit souhaite lever le maximum, qui au passage valorise le patrimoine des fondateurs.
  • Fondateurs qui peuvent, grâce à l’affut de liquidité, encaisser de beaux chèques.
  • Fondateurs qui doivent intéresser les futurs actionnaires, et donc faire miroiter des valorisations et croissances parfois difficilement tenables.
  • Le calcul de la valorisation dépend de critères larges, invérifiables et peu précis.

Vous comprenez que si certaines entreprises ont des bons dossiers, d’autres sont survalorisées. Quand on cherche à faire partie des 10% de traders gagnants, il faut avoir à l’esprit ce aspect fondamental.

Comment gagner de l’argent avec ce biais ?

Non, on ne short (vend) pas toutes les dernières introduction en bourse. Mais on peut les suivre et se mettre des règles.

A qui s’adresse cette stratégie ?

Les sociétés qui s’introduisent en bourse sont majoritairement des petites capitalisations. C’est à dire qu’elles n’ont pas la liquidité (le volume d’échange) pour que l’on puisse investir massivement dessus. Comme la bourse est un marché d’échange entre un acheteur et un vendeur, sans contrepartie, vous ne pouvez rien faire.

C’est bien d’être dans le bon sens, mais si personne ne veut racheter vos positions vendeuses, alors vous ne pourrez jamais en sortir.

C’est une stratégie qui est adaptée aux petits capitaux, peut être le votre, dont les problèmes de liquidité seront amoindris.

Comment suivre les actions ?

J’utilise ZoneBourse.com pour suivre les actions.

Il est important de comprendre pourquoi une action accuserait une perte de confiance des investisseurs. Dans le cas de Boostheat, les fondamentaux ne sont pas bons. Boostheat accroit ses dettes en 2020 et ne réalise pas de chiffres d’affaires. Le chiffre d’affaires 2021 est estimé par les analystes. Décevoir une nouvelle fois ces analystes, c’est voir l’action s’écrouler toujours plus.

Lecture financière Boostheat

Règle n°1 : trader le flux et non la news.

Même si il est important de suivre l’actualité de l’entreprise que vous visez. Vous n’êtes pas un trader de news (newsflow) mais un trader de flux. Il faut rester détaché par rapport aux informations que vous lisez pour ne pas anticiper.

  • L’actualité est mauvaise, l’action chute. C’est normal, les investisseurs sont déçus et se désengagent.
  • L’actualité est mauvaise, l’action stagne ou augmente. C’est normal aussi. Cela veut dire que les investisseurs étaient déjà au courant de l’information qui était déjà pricé dans les cours. L’information n’a donc pas apporté de nouveauté, mais une confirmation.

Dans la deuxième situation, si vous faites appel à vos émotions, vous allez faire n’importe quoi. Qui ne sait pas déjà laissé surprendre par une action jugée irrationnelle ?

Sur Boostheat, le flux est baissier depuis janvier 2020. Il s’agit de le récupérer en entrant sur des détails techniques Breakout Down (qui signifie rupture du précédent plus bas), avalement baissier, figure de continuation ou encore reprise de volatilité.

Boostheat en unité de temps journalière
Boostheat en unité de temps journalière

Rappelez-vous de toujours trader ce que l’on voit. Pas ce que l’on veut voir.

Règle n°2 : savoir s’adapter et prendre ses bénéfices.

La volatilité induite par l’actualité, le calendrier des résultats et l’absence de liquidité offre des pourcentages de variation parfois surprenants.

Il est donc conseillé :

  • De limiter son exposition. Je fais un article complet sur le money management ici.
  • De ne pas s’exposer avant une annonce capitale (résultats d’entreprise).
  • De placer un stop loss après des zones de résistances. J’ai écris deux articles sur le price action, ici (price action statique) et là (price action dynamique).
  • De prendre régulièrement des bénéfices. Et laisser vos plus-values latentes augmenter avec l’argent des gains, vous n’êtes pas à l’abri d’une fusion qui valorisée l’actif sur lequel vous êtes investi.

Règle n°3 : on ne s’attaque pas aux marchés US, biotechs et valeurs trop spéculatives.

Je vous dirai qu’il faut commencer par vous entrainer sur un compte de démonstration et sur des valeurs européennes.

La financiarisation de l’économie est tellement plus développée au États-Unis que les résultats peuvent être différents sur les dernières introduction en bourse.

Mais il y a aussi des actions dont il est préférable de se méfier. C’est le cas des fintech et des biotech. Ces valeurs sont hautement spéculatives. La moindre actualité, espérance, peut créer des flux contraires.

Alors on se renseigne un minimum sur la société : que fait-elle ? dans quel secteur ?

Disclaimer, prévention et droit d’auteur.

Cette stratégie est une stratégie personnelle.

Elle n’est pas reprise d’un site internet, d’une formation, ou d’un site anglophone. Je ne l’ai jamais vu.

Je pourrai en faire une formation, mais je vous l’offre ici. J’y ai repris des statistiques, l’aspect fondamental qui confirme ces statistiques et comment techniquement, il est possible de profiter du biais.

Elle ne doit pas vous faire oublier les bases. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des marchés et de tous ses dérivés avant d’investir en bourse, car les risques sont réels.

Toute activité de trading comporte des risques. 75 à 90% des comptes particuliers perdent de l’argent dans la négociation de produits financiers, vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des marchés et de tous ses dérivés.

Cette stratégie peut ne pas convenir à tout le monde. Entrainez-vous sur un compte de démonstration quoi que vous en pensez.

En tout état de cas, ce contenu est protégé par droit d’auteur ©. Il ne peut être ni recopié, ni utilisé, ni revendu sous peine de poursuite.

Partagez moi toute copie, je compte sur vous 🙂

Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre site utilise des cookies pour mieux vous servir, pour en savoir plus : conditions d'utilisation.