Les supports et résistances : les bonnes pratiques d’un price action efficace

Je n’ai pas cherché à suivre, pour la rédaction mes articles, un fil chronologique d’apprentissage des notions d’analyse technique. Mais il est vrai que le price action, que nous allons définir et comprendre dans les paragraphes qui suivent, devrait être l’un des premiers concepts d’analyse technique à connaitre, tant celui-ci est aussi simple qu’utile.

L’analyse technique regorge de concepts, d’indicateurs et de formule, et peut parfois, manquer de simplicité. Avec la croyance qu’il faut devenir un expert des marchés financiers pour s’apprivoiser la lecture graphique, les principes de base passent souvent au second plan. Alors dans cet article, adieu cascade d’indicateurs qui pollue toute plateforme de trading. Travaillons sur les prix, seulement les prix et nous ferons déjà un grand pas vers le succès.

Qu’est ce que le Price Action ?

Une fois n’est pas coutume le Price Action est un terme anglophone, qui signifie tout simplement l’action des prix. L’activité consiste en l’analyse essentiellement graphique du mouvement des prix dans sa forme la plus pure, sans indicateur.

Cette activité peut paraitre étonnante mais elle repose sur l’étude des niveaux clés, des niveaux travaillés par les investisseurs institutionnels qui font bouger le marché. Le cours d’un actif, qui réagit en fonction de la loi de l’offre et de la demande, alterne entre mouvements haussiers et mouvements baissiers que l’on va pouvoir borner grâce aux supports et résistances.

C’est le comportement des prix sur ces niveaux clés qui donne des indications sur la présence ou non d’investisseurs, et sur la force des investisseurs en présence. Le Price Action vous donne des informations en temps réel, et ne présente pas de retard contrairement aux oscillateurs.

L’action des prix est visible sur n’importe quel actif. Bien que le marché des actions réagit mieux aux supports qu’aux résistances, le marché du forex – davantage en range – excelle dans ce concept.

Qu’est ce qu’un support technique ?

Un support technique se matérialise par une ligne horizontale sur votre graphique située en dessous du cours actuel. Cette ligne représente un niveau de prix travaillé par le marché. C’est une zone où nous allons rencontrer des acheteurs qui, s’ils sont plus nombreux que les vendeurs, peuvent faire rebondir les prix.

Cette ligne horizontale est appelée support car elle soutient (supporte) le cours en lui permettant de repartir à la hausse.

Fondamentalement les supports et résistances ont du sens, car ce sont des zones repérées par les investisseurs institutionnels (les gros capitaux) pour rentrer ou sortir de position avec des ordres conditionnels.

Qu’est ce qu’une résistance ?

Une résistance c’est techniquement l’inverse! C’est une ligne horizontale située au dessus des cours où vont se placer de potentiels vendeurs. Cette zone de prix peut aussi être une zone repérée par les acheteurs qui vont en profiter pour prendre des bénéfices. Le résultat est le même, les cours ont davantage de probabilité de retracer à leurs approches.

Cette ligne horizontale est appelée résistance car elle bloque (résiste) le cours dans ses mouvements haussiers.

Quand un support devient résistance et inversement ?

Quand un support devient une résistance, il change de polarité. Il n’est pas rare qu’un support franchi soit re-testé (pullback) avant que les mouvements baissiers reprennent. Le précédent support forme alors une zone idéale que les vendeurs souhaitent maintenant défendre comme en témoigne les inversements de polarité successifs de notre exemple ci-dessous :

GBP/AUD en données journalières

Voyez dans cet exemple comment la force des bougies (grosse amplitude) permet à la zone de casser et changer de polarité. Et voyez également comment l’absence de force (petite amplitude des bougies sans volatilité) à l’approche de cette zone permet au cours de rebondir. Mais il y a peut être une chose que vous n’avez pas encore vu ? la deuxième zone de prix présente sur le graphique, qui elle aussi, oriente le cours de l’actif.

GBP/AUD en données journalières

En réalité un support ou une résistance n’est jamais une ligne fixe comme voudrait nous faire croire la définition. Il s’agit d’une zone de prix plus ou moins étendue en fonction des traders en présence, et c’est ce que nous allons voir dans les bonnes pratiques à connaitre.

Les bonnes pratiques à connaitre

Trouver un support ou un résistance a posteriori c’est facile. Mais trouver ces lignes en anticipation de futures possibles réactions demandent quelques notions à prendre en compte.

Le principe de zone d’action, de zone de prix

Chercher à suivre les réactions sur une seule et unique ligne horizontale est improductif. La volatilité des cours ne peut pas changer du tout au tout en arrivant sur cette seule ligne même si elle est très justement identifiée. C’est pourquoi dans mon article j’évoque très rapidement le concept de zone, qui nous oblige plus raisonnablement à tracer plusieurs lignes dans un espace graphique contraint.

Comment trace-t-on une zone de support ou de résistance ?

Tracer un support ou une résistance relève du bon sens car il n’y a pas de règle précise. Pour trouver ces zones, il est recommandé :

  • d’utiliser les hauts de mèche de bougie, également haut de sommet (dans la cadre de la recherche d’une zone de résistance).
  • d’utiliser les extrémités des corps de bougie.
  • d’utiliser les sommets (pour les résistances) et les creux (pour les supports).

La compilation de toutes ces lignes donnent une zone que l’on peut suivre dans une stratégie d’investissement.

GBP/NZD en données journalières

L’importance des unités de temps longues

Il est courant de lire que la convergence de plusieurs unités de temps, dont des unités de temps longues, est le graal de toute stratégie de trading. Même si d’un point de vue statistique cette croyance est infondée, elle reste, pour des activités de trading, un critère de prise de décision et d’analyse.

Je reste toute même convaincu que les zones de prix identifiées sur des unités longues (daily, weekly, mensuelle, trimestrielle) – avec une préférence pour le weekly – est de nature à avoir plus de poids pour réagir étant donné que ce sont des unités regardées par les investisseurs institutionnelles.

L’analyse technique réalisée sur vos graphiques long termes prévaut sur celle réalisée sur vos graphiques court termes.

Les excès

La volatilité entrainée par les événements mondiaux comme le Brexit, la crise du coronavirus, le changement des taux d’intérêts, etc. sont de nature, par leurs forces, à remettre en question le price action tellement la directionnalité d’un mouvement est fort.

Il convient donc quelques fois, en fonction de la propreté de la zone précédente et des événements, d’estimer qu’il y a eu un excès que nous n’allons pas prendre en compte pour la suite de notre analyse.

La notion de majeur et mineur.

Cette notion fait référence au nombre de point de contact d’une zone et voudrait considérer qu’un support majeur (dont le nombre de point de réaction est supérieur à 2) aurait plus d’importance qu’un support mineur (dont le nombre de point de contact est de 2).

En réalité, nous pouvons également considérer que plus un support a été travaillé (donc que ses points de contact sont nombreux), plus celui-ci est à même à casser prochainement. Il n’y a donc pas d’avantage statistique à considérer cette notion qui est pourtant courante en analyse technique.

Intégrer les lignes de tendance et les supports ou résistances dynamiques

Ce paragraphe demandera à être complété par un futur article car les actifs qui sont en tendance ont des difficultés à bien réagir sur des zones de prix définies. Chaque notion ou concept que vous pouvez apprendre aura un domaine de prédilection. Dans un actif en range, les supports et résistances auront les mêmes performances. Dans un actif en tendance haussière, les résistances céderont très souvent quand les supports, eux, pourraient permettre d’entrée en position après une légère correction.

La complexité du trading est de savoir s’adapter et d’utiliser l’outil adapté – de l’intégralité de sa palette de compétence – au bon moment. Chercher à standardiser un concept sur la somme des actifs proposés par nos chers brokers ne sert malheureusement à rien…

Par Christopher LFT

Cadre du secteur privé, à l'aise avec les chiffres et investisseur particulier passionné par la finance. Je suis acteur / consommateur du trading francophone depuis plus 5 ans. Devenu autonome, j'ai décidé de vous apporter mon retour d'expérience et ma compréhension des marchés, qui est bien différente de ce que vous propose les vendeurs de rêves.

Voir tous les articles de Christopher LFT.

4 commentaires

  1. Bonjour,
    Merci pour cette analyse rationnelle qui permet de synthétiser ce graphique.
    Je viens de comprendre grâce à la transmission de ton savoir que nous pouvons mettre des repères de support et résistance afin de mieux analyser et acter.
    Bravo.

    1. Bonjour Alexis,
      Effectivement c’est une piste de réflexion et compréhension préalable dont l’utilité varie en fonction des caractéristiques de chaque actif. Il ne faut pas hésiter à compléter les lignes horizontales par des supports obliques ou dynamiques (moyenne mobile, etc.) ce que nous compléterons avec un futur article.
      Tout le meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *