Vivre du trading : doux rêve ou réalité ?

Vivre du trading

Le métier de trader indépendant fascine.

Cette fonction, occupée de manière ponctuelle par de plus en plus d’individus, semble avoir totalement modifié l’image opaque et inaccessible qui était celle du monde financier pendant de nombreuses années. En effet, l’avènement d’internet, des opérateurs financiers (courtiers) et des nouveaux moyens de communication ont joué un rôle prépondérant dans la démocratisation de cette nouvelle forme de spéculation.

Il semblerait d’ailleurs que l’engouement généré autour de cette activité soit allé encore plus loin, puisqu’elle regroupe désormais l’ensemble des rêves et des aspirations professionnelles de bon nombre de salariés…

Ces aspirations sont multiples.

Et à juste titre, le trader est aujourd’hui perçu dans l’imaginaire collectif comme un travailleur privilégié de par sa situation confortable, sa flexibilité ou encore son autonomie professionnelle. Mais si le nombre de personnes qui parviennent à gagner leur vie grâce au trading – concrètement vivent du trading – augmente chaque année, la réalité est loin d’être si évidente. Derrière ce cadre idyllique, se cache en effet un parcours semé d’embûches qui requiert de grandes capacités. En d’autres termes, devenir trader est envisageable mais n’est pas chose aisée. Il s’agit donc de nuancer et de contrebalancer l’image d’un métier accessible à tous et qui permettrait de générer des revenus importants avec une facilité déconcertante.

Que signifie « vivre correctement » ?

À partir de quel niveau de revenu parle-t-on de situation confortable ?

Bien que des études aient été menées à ce sujet, la réponse à cette question demeure très variable d’un foyer à l’autre. Mais si nous devions retenir une tendance générale, ce palier symbolique se situerait en moyenne entre 2000 et 3000€ nets par mois.

Si ce seuil vous parait bas, rappelez-vous que la France, d’après une étude l’Observatoire des inégalités place en 2020 son seuil de richesse à partir de 3 470€ net d’impôts[1]. Il est donc nécessaire de rappeler quelques fondamentaux afin de conserver une partie de pragmatisme vis-à-vis des montants astronomiques qui sont échangés quotidiennement sur les marchés financiers.

En effet, il ne faut pas perdre de vue la réalité du monde qui nous entoure. Depuis plusieurs décennies déjà, on constate dans nos sociétés occidentales une forte hausse des taux d’imposition, couplée à une diminution progressive des taux de rentabilité sur investissement. Cette évolution a peu à peu freiné l’expansion des rentiers, ceux qui vivaient autrefois de leur patrimoine, et uniquement de cela. Aujourd’hui, on ne parle plus de rentiers mais bien d’actifs qui investissent, en parallèle de l’exercice de leur métier, dans différents domaines tels que l’immobilier ou les actions boursières.

Et ce choix de conserver un travail à côté de ses investissements personnels semble tout à fait logique, tant il est difficile de faire face à la pression imposée par l’État. Car si un salaire de 2500€ par mois semble à première vue confortable, le calcul peut rapidement devenir plus complexe dès lors qu’on y ajoute toutes les taxes auquel il est difficile d’échapper. D’ailleurs, cette fiscalité peut s’avérer encore plus lourde si l’on aligne à la fois revenus du travail et revenus du capital. Sans oublier bien sûr l’ensemble des charges fixes telles que les loyers et les crédits, auxquelles de nombreux foyers doivent faire face. Nous sommes tous, à un moment donné, le personnage pauvre que l’on peut qualifier dans le best-seller “Père Riche, Père Pauvre“.

En d’autres termes, monter un capital de départ qui soit viable à long terme requiert une planification extrêmement précise et qui prenne en compte l’ensemble des éléments cités ci-dessus.

Trading actif et bourse passive, deux stratégies distinctes

En matière d’investissement en bourse, deux visions particulières se distinguent.

Si cette opposition entre investisseurs passifs et actifs semble littéralement assez simple à comprendre, chacune de ces méthodes comprend néanmoins son lot d’avantages et d’inconvénients.

En effet, les principaux éléments qui les différencient résident dans la fréquence de modification des actifs et dans l’adaptabilité dont vous faites preuve face aux évolutions du marché.

De manière plus concrète, la gestion active vous force à modifier régulièrement le contenu de votre portefeuille, tandis que la gestion passive correspond davantage à ce que l’on pourrait appeler un « pilote automatique ».

Vous l’aurez compris, la gestion active demeure bien souvent la meilleure manière de « vaincre le marché », grâce notamment à une meilleure flexibilité et des mises à jour régulières. La gestion passive, quant à elle, est majoritairement adoptée par ceux qui ne disposent pas du temps nécessaire à consacrer à une activité aussi prenante. Ils se contentent donc d’acquérir des actifs qu’ils prévoient de conserver sur le long terme, pour n’intervenir que très rarement : par exemple, lorsqu’il s’agit de réinvestir les bénéfices et autres dividendes perçus. Aussi, l’autre avantage que les investisseurs recherchent dans l’approche passive, c’est une prise de risque bien plus mesurée. Moins prenante et moins stressante, tels sont donc les atouts de la méthode préférée des investisseurs.

Mais au delà de ça, il est nécessaire de rappeler que le risque fait partie intégrante du trading, et qu’une approche active sera souvent plus rentable à court et moyen terme pour une personne disciplinée et motivée.

Mais comme cette activité est également plus risquée, des déconvenues rapides et frustrantes sont classiques si l’on ne maitrise pas l’entièreté des risques. Quand certains se font attraper dans un bull trap, bear trap ou short squeeze, d’autres grignote avec un money management rigoureux quelques mouvements de marchés. Les traders court terme comprennent vites qu’ils doivent se concentrer sur la qualité de leurs opérations, plutôt que la quantité.

Les risques encourus sur les marchés financiers

Imprévisible, parfois sous-évalué : le monde de la finance a de quoi faire peur.

Afin de proposer à nos lecteurs une approche objective des marchés financiers, il est indispensable de rappeler les risques qu’ils présentent et qui s’imposent à tous ceux qui souhaitent se lancer dans le grand bain. Comme vous le savez, ces facteurs de risque peuvent être nombreux, tant le trading est une activité volatile. Par conséquent, il est de votre devoir d’évaluer au préalable toutes les variables qui ont attrait à votre capital.

En effet, lors du placement de vos « trades », il faut bien prendre conscience que vous ne bénéficiez d’aucune garantie de retour de ce dernier. Il faut donc être prêt à perdre. C’est pourquoi il n’est pas chose aisée de se lancer dans cette activité, qui requiert bien souvent un important capital de départ et donc une certaine sécurité financière si l’on veut en faire une activité professionnelle.

De plus, les risques présents sur le marché sont multiples et nécessitent par conséquent que l’investisseur maîtrise l’ensemble des informations qui l’entourent. A ce titre, le manque de connaissances et de données en la matière est un facteur aggravant qui peut conduire à de mauvaises décisions. Parmi ces éléments à prendre en compte, il y a par exemple les risques liés aux coûts des transactions.

Ces derniers comprennent notamment les frais de change et ceux imputés aux intermédiaires.

Il faut également être conscient des risques d’inflation, qui perturbe les marchés actuellement (06 mars 2021) ou encore des risques d’évolution liés à l’arrivée de marchés émergents (barrières commerciales, différences normatives et de valeurs…).

Enfin, le dernier risque que nous souhaitions aborder ici – et pas des moindres – correspond à la variable psychologique. En effet, lors de vos échanges financiers, il faut également composer avec ceux qu’on appelle les facteurs irrationnels. Ce terme désigne l’ensemble des tendances, modes, opinions et autres rumeurs susceptibles d’impacter le cours d’une action ou d’un produit. Cette variable est sans doute la plus difficile à prévoir et à analyser, car elle peut évoluer à tout moment. Encore une fois, c’est un élément sur lequel nous ne pouvons pas avoir d’emprise et qui peut pourtant peser très lourd dans la balance.

Vivre du trading : régularité comme clé du succès

Vos résultats à court terme ne constituent pas une finalité.

C’est d’ailleurs l’une des principales erreurs que commettent les nouveaux arrivants en bourse. En effet, une grande partie des investisseurs (passifs comme actifs) ont tendance à se focaliser sur les gains ou les pertes engendrés au cours du mois. Il est donc de notre devoir de rappeler que l’élément déclencheur de votre succès n’est autre que la régularité à long terme. Par le terme régularité, nous désignons ici la stricte application des mécanismes et de la routine que vous vous serez fixé au préalable. Car comme expliqué dans la partie précédente, le monde du trading est fait de nombreuses variables sur lesquelles aucun d’entre nous ne peut exercer un contrôle total.

De ce fait, il est indispensable d’être conscient des potentielles évolutions – positives comme négatives – des marchés financiers afin de ne pas laisser votre affect prendre le dessus. Bien que le monde spéculatif requiert une capacité d’adaptation indéniable, cela ne veut pas dire qu’il faut agir précipitamment. Restez donc fidèle à vous même et apprenez au fil du temps à prendre du recul face à chaque cas de figure pour appréhender au mieux sa singularité. De même, il est important d’ajouter que l’assiduité est une étape clé dans votre ascension. Comme dans n’importe quel milieu compétitif, il s’agit de faire preuve de persévérance et de ne pas baisser les bras au moindre échec.

Solitude et manque d’information

Comme vous le savez, le trading est une activité qui peut s’effectuer seul, depuis chez soi.

Mais cela ne veut pas dire que tout le monde peut y arriver sans aide. Nous avons déjà évoqué l’opacité et la complexité du monde de la finance, qui a souvent tendance à exclure un certain nombre d’acteurs par son manque d’accessibilité. Il faut donc prendre conscience que c’est aux intéressés d’effectuer les démarches afin de s’informer au mieux.

Pour ce faire, il existe dans un premier temps tout un tas de sources fiables qui proposent une première approche gratuite afin de se familiariser avec ce monde à part. Ensuite, lorsqu’on souhaite aller plus loin et se lancer dans le grand bain, il est préférable de s’entourer. Concrètement, cela signifie qu’il faut impérativement se former.

Car encore une fois, il ne suffit pas de disposer des qualités requises pour faire un bon trader. Et pour pallier à ce manque d’information, nous vous invitons à vous pencher sur les formations en ligne qui proposent un contenu de qualité. Il s’agit évidemment de formations payantes qui devront s’effectuer en continu de votre activité, car c’est avec l’expérience que les principes théoriques s’assimilent le mieux.

Mais s’entourer, c’est également partager votre activité et vos connaissances en matière de trading avec un cercle plus ou moins proche. Comme dans beaucoup d’autre domaines, l’émulation constitue une excellente manière de se motiver et d’avancer plus rapidement. Vous avez à ce titre la possibilité d’échanger sur des forums dédiés, ou bien même d’intégrer des groupes de trading conçus spécialement pour cela. Ces derniers vous permettront d’observer et d’apprendre tout en favorisant l’interaction avec vos homologues. Souvent, ils proposent également un ensemble d’événements tels que des présentations ou des téléconférences, qui ont pour objectif d’ouvrir ce milieu à un public plus large.

Métier en devenir ? le trading présente sans doute un certain nombre d’avantages tels que nous les avons cités. Mais au regard de l’ensemble des éléments abordés, il convient de rappeler que cette activité reste aujourd’hui une occupation secondaire pour une majorité d’investisseurs. Entre le temps, l’assiduité, l’investissement et les grandes capacités d’analyse et de compréhension qui sont requises, le trading reste convoité mais encore peu accessible au plus grand nombre.

Le chemin pour atteindre sa liberté financière grâce à la bourse peut être donc long et pénible. Celui-ci est constitué d’une succession d’échecs et de réussites qui impactent souvent la motivation et l’assiduité, pourtant si importantes. Il faudra – à quiconque souhaite se lancer sérieusement dans le trading – s’armer de patience et recouper les bonnes informations, tout en prenant soin de s’entourer afin de ne pas tomber dans les écueils de la solitude. Régularité et sang-froid seront donc les clés de votre succès, un succès que chacun peut aspirer à atteindre un jour s’il s’en donne les moyens.

D’ailleurs, même les meilleurs magiciens s’entraînent des heures et des heures pour n’être rémunérés que sur un seul spectacle.


Références

Par Christopher LFT

Cadre du secteur privé, à l'aise avec les chiffres et investisseur particulier passionné par la finance. Je suis acteur / consommateur du trading francophone depuis plus 5 ans. Devenu autonome, j'ai décidé de vous apporter mon retour d'expérience et ma compréhension des marchés, qui est bien différente de ce que vous propose les vendeurs de rêves.

Voir tous les articles de Christopher LFT.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *