Pullback : qu’est-ce que c’est ? Comment s’en servir en trading ?

blank

Qu’est-ce que le pullback ? Vous avez peut-être déjà lu ce terme au détour d’un post, d’une description de stratégie… mais vous ne savez pas exactement en quoi cela consiste. Je vais justement lui dédier ce petit guide.

Commençons par une généralité. Tout comme lorsqu’on achète un lingot d’or en attendant que la valeur du précieux métal augmente…

… il suffirait théoriquement, en Bourse, d’acheter un produit financier en dépensant peu. Puis de vendre ledit produit quand son prix affiche une hausse.

Un concept qui paraît (et qui est, d’une certaine manière) très simple à première vue.

Dans le domaine controversé des cryptomonnaies, le principe est similaire. De nombreux investisseurs guettent les moments où le bitcoin et ses semblables chutent. Une perte de vitesse qui, au demeurant, peut s’expliquer de plusieurs manières :

  • Une dégradation macro-économique.
  • Des promesses non tenues.
  • Des résultats ou perspectives d’entreprises non satisfaisants.
  • Une prise de bénéfice.
  • Des ventes d’initiés…

Face à tous ces paramètres, comment être sûr d’acheter suffisamment bas ? Sans que l’actif analysé ne continue sa chute et ne remonte jamais, donc ! Car dans ce cas, l’attente d’une hausse salvatrice perd tout son sens.

Je le dis et répète : la certitude n’existe pas en Bourse. Pas du tout. Jusqu’à preuve du contraire, nul ne peut prédire l’avenir. Pour autant, il est possible de réunir des indices qui nous apportent quelques éléments de réponse. Ou en tout cas des pistes. On peut mettre à profit l’analyse technique, notamment grâce au price action et au pullback.

Jusqu’à 170,00€ OFFERTS sur…

blank

Interactiv Trading

Elue, meilleure formation trading 2024 par ses utilisateurs avec une note moyenne de 4,8/5 sur 4 776 avis d’utilisateurs.

Si vous n’êtes pas encore convaincu par les nombreux utilisateurs satisfaits, vous pouvez découvrir IVT Trading via notre retour d’expérience de 4 années d’abonnement.

Mais revenons au sujet.

Pullback : une définition claire et complète

Le pullback est un terme anglophone qui signifie littéralement se retirer. Attention : en l’occurrence, il ne renvoie pas à une action individuelle. Il est question d’un phénomène tangible au niveau des marchés financiers.

Plus concrètement, un pullback s’observe quand un cours de bourse commence à chuter ou à se consolider (si l’on part du principe que la consolidation est saine et normale).

Justement, comment faire la différence entre un pullback, un retracement ou encore une consolidation ? Un renversement ou une chute ? Oui, la frontière entre tous ces “événements” s’avère parfois très mince.

C’est pourquoi il faut privilégier la précision quand on distingue les concepts. En réalité, un pullback ne s’observe que dans une situation particulière : après le franchissement d’une résistance.

Rappel avant utilisation du Pullback : d’où viennent les fluctuations ?

Dans les lignes à venir, je vais approfondir la question des résistances. Juste avant cela, j’aimerais faire un petit rappel. Un bon trader n’a pas seulement du talent lorsqu’il consulte une figure chartiste. Il n’est pas uniquement en mesure de jauger les courbes et de comparer les oscillations.

Je vous encourage à comprendre pourquoi les tendances changent. Consultez l’actualité. Sondez les avis et les commentaires des spécialistes (tout en gardant un certain esprit critique, évidemment). Se montrer trop “mécanique” dans ses décisions rend rarement service.

Attention : même celle ou celui qui reste connecté(e) en continu et cherche à percevoir toutes les lignes de force peut être amené(e) à prendre… une leçon d’humilité. Le bouleversement de paradigme démentiel qui a eu lieu en mars 2020 a mis à mal beaucoup d’évidences. Personne n’aurait pu imaginer un tel retournement de situation, et donc agencer ses plans d’action en conséquence).

Toujours est-il qu’en ménageant analyse technique et observations des tendances socio-économiques (popularité des cryptos, état des transactions foncières, santé des devises internationales…) vous optez pour la formule idéale (sans être imparable). Restez ancré(e) dans la réalité tout en acceptant qu’elle vous échappe par intermittence. C’est aussi ça, la beauté du trading.

Il faut maintenant en revenir, comme promis, à des considérations plus techniques. Des considérations qui restent importantes. Si certains mots ou thèmes vous semblent obscurs, n’oubliez pas l’importance d’une formation à la Bourse. C’est, d’ailleurs, pour en valoriser les vertus que j’ai créé ce site Internet ! On ne s’aventure pas dans l’arène sans un bagage concret.

Supports et résistances : ainsi sont tirés les cordons de la Bourse

Le “pack” incluant les supports, résistances, et la direction que prennent les prix à leurs contacts est ce qu’on appelle le price action.

Une notion que vous pouvez découvrir ou redécouvrir ici : Price action : comment utiliser les supports et résistances.

Une résistance, comme son nom l’indique, construit une zone de prix qu’il est difficile de franchir pour les acheteurs. Il existe, au demeurant, des cas où plusieurs contacts entre le prix et une résistance ont entrainé une explosion des cours.

Regardez :

pullback sur résistance

Voilà un véritable essor, un envol, un décollage vertigineux. Une fois franchie, le cours de bourse est comme… libéré !

C’est à partir de cet instant fatidique que le pullback peut intervenir. Rappelez-vous, il s’agit avant tout d’une consolidation qui se présente presque immédiatement ou peu de temps après le franchissement d’une résistance. Dans le meilleur des cas, il rebondit sur cette même résistance pour repartir de plus belle.

C’est comme si les acheteurs avaient eu tellement de difficulté à franchir une zone de prix qu’ils essoufflent immédiatement… avant de mieux repartir. Oui, on a comme l’impression de suivre les exploits d’un sportif sur la piste.

Le pullback, vous l’avez vu se manifester sur mon illustration. À des fins pédagogiques, je vous ai indiqué par une flêche verte l’endroit où il s’opère.

pullback sur résistance

On peut même en repérer un deuxième :

exemple de pullback

Vous l’aurez compris, et c’est sa nature : un pullback ne s’observe qu’en tendance haussière. Le prendre ou le suivre correspond donc à un acte d’achat pour les investisseurs.

À l’autre bout du spectre, il y a ce que les experts nomment le throwback.

Le Throwback : l’autre face de la médaille (Pullback)

Le throwback suit la même logique mais intervient en tendance baissière. Il se traduit littéralement par “retour”. Plus clairement, après avoir franchi une zone de support, le prix d’un actif peut venir “retester”, par un retour, cette zone de support devenue résistance.

Et puisqu’une image vaut parfois mille mot…

throwback en tendance baissière

Le throwback se matérialise au moment où, si j’ose l’expression, la tendance “repart de plus belle”. Dans des cas plus modérés, on parlera plutôt d’un excès ou d’un renversement.

Maintenant que vous savez identifier ces phénomènes, il faut adresser une question centrale. Comment tirer profit des pullbacks afin de réaliser des bénéfices (ou en tout cas de maximiser vos chances) ? Quelle place ont-ils dans votre “boîte à outils” ?

Trader les pullbacks : comment optimiser son approche ?

Comme je l’évoquais un peu plus tôt, maîtriser les bases de l’analyse technique est un prérequis. En effet, toutes les illustrations de cet article mettent en évidence des fenêtres bien connues des initiés – celle de la zone de résistance, horizontale comme oblique, est récurrente.

Quand je dis qu’une initiation est impérative, c’est parce qu’il faut savoir identifier ces zones au moyen d’un tracé technique, repérer les figures chartistes, les résistances dynamiques ainsi que les flux et les intentions données par les chandeliers japonais.

Aux yeux d’un débutant, toutes ces notions peuvent paraitre complexes. Elles ne le sont pas vraiment. Mais elles demandent d’observer une certaine rigueur, et de favoriser quelques bonnes pratiques rarement mises en avant par les influenceurs.

Ces bonnes pratiques, je les partage dans mes e-mails confidentiels, destinés à ma communauté restreinte. Cette dynamique privilégiée nous permet de progresser ensemble. Voici quelques informations à ce sujet :

Mais revenons à notre enjeu principal, celui de trader avec les résistances (les pullbacks) et avec les supports (les throwbacks).

Je distingue deux techniques.

Anticiper le changement de polarité d’une résistance.

Quand le support est franchi – hors excès haussier – il devient à son tour… une résistance. Il peut être intéressant de suivre le franchissement des supports majeurs et d’observer l’évolution des cours.

  • Si la volatilité est incontestable, que le cours s’envole, alors il n’y a rien à faire.
  • Si par contre l’effort de franchissement a été intense, que la reprise est manifeste mais difficile, alors on peut – et ce de manière spéculative – anticiper un retour sur résistance.

C’est ce qu’on appelle… mettre une épuisette.

En clair, il est question de placer un ordre de bourse qui ne se déclenchera qu’à un instant précis. Dans nos exemples, celui-ci serait passé dans notre zone de résistance en espérant que les prix viennent rebondir sur ce dernier (cf. illustration du throwback). Oui, en espérant. Car celle ou celui qui se lance dans le trading doit aussi trouver un équilibre entre confiance et prudence. Accepter que l’issue ne corresponde pas (ou pas exactement, dans les meilleurs cas) aux projections initiales.

Puisque vous spéculez (c’est le principe), il n’a rien de miraculeux à la clé. Mais les technologies du XXIe siècle permettent de positionner des ordres stop loss courts et donc de sortir du marché, très vite et sans dégât majeur, si l’actif boursier se retourne. Vous l’aurez alors, si j’ose dire, “échappé belle”.

Suivre les signaux avant d’enclencher un trade sur Pullback

La deuxième stratégie est plus prudente, mais (car il y a toujours une contrepartie) se révèle statistiquement moins profitable.

Les signaux de trading font partie intégrante d’une bonne stratégie et prise de décision.

Bien calibrés, ils rassurent sur la direction que peut prendre un actif même s’il n’y a pas de certitude.

Après une latéralisation des cours, entre un support et une résistance, repérer un pullback pour spéculer sur une reprise de la volatilité est une bonne idée.

Attention, cependant, à ne pas prendre position quand les données macroéconomiques sont trop dégradées. Et ce malgré le principe selon lequel “le risque paie”.

Il est préférable également de positionner, ici, un stop loss plus large pour donner le temps aux investisseurs de réallouer leur capital.

Je mets ici en lumière une approche somme toute basique, mais intéressante et popularisée en partie par le phénomène des cryptomonnaies.

Quand les cryptos placent un concept sur le devant de la scène

Le trading existe depuis deux siècles environ, tandis que les cryptomonnaies font partie de l’équation depuis une petite décennie (le premier bitcoin a été échangé en 2009).

Pourtant l’engouement a été, et est toujours en période d’euphorie, tellement intense que de nombreux apprentis traders ont découvert cette activité spéculative grâce aux cryptos.

Méfiance.

La volatilité des cryptomonnaies fait partie des plus violentes. Il s’avère donc difficile de tirer profit d’un pullback sur ces actifs.

Bien sûr, vous trouverez toujours des illustrations convaincantes. En voici un exemple sur SOLANA (SOL) :

Pullback sur SOLANA, 2021
Pullback sur SOLANA, 2021

Le pullback montre le bout de son nez, ici, après le franchissement d’une résistance oblique (aussi nommée trendline).

Pour autant, soyons clairs : ces exemples restent rares et isolés.

Manipulation des cours[1]&[2], psychologie des investisseurs exacerbée, volatilité… toutes ces caractéristiques propres à ce marché laissent de moins en moins de place à l’analyse technique.

Cela ne veut pas dire qu’il est impossible de trader le Bitcoin, Solana ou encore le Dogecoin. Ce n’est pas le sujet du jour.

J’invite simplement à la vigilance tous ceux qui pourraient considérer le pullback comme un signal “miracle”, infaillible, à n’importe quel moment et sur n’importe quel actif. Cela n’existe pas.

Le pullback : à vous de l’intégrer (ou non) à votre stratégie

Concept d’analyse technique, le pullback donne des indications sur le potentiel de reprise d’une tendance haussière sans toutefois garantir que cette reprise aura bien lieu. Cette incertitude faisant pleinement partie du destin d’un trader, il sait l’accepter et réserver une place à ce concept.

Ce que vous venez d’apprendre aujourd’hui :

  • Attention à bien faire la différence entre pullback, excès, consolidation et retournement. Mettre toutes ces notions dans le même panier risque de compromettre vos chances de succès.
  • Je vous au livré deux techniques, deux “angles d’attaque” qui permettent de trader à l’aulne des pullbacks.
  • Vous savez (et en aviez très probablement l’intuition) qu’il n’est pas miraculeux, notamment sur le ring sauvage des cryptomonnaies (à cause d’une volatilité exacerbée).

Maintenant, je vous donne la parole ! 😉

Partagez vos réflexions ! On échange en commentaire.

Oui, 2023 n’est pas une année très simple… pas plus que les années précédentes de cette décennie 2020, d’ailleurs. Restons confiants, et continuons à nous donner de la force.

Mille mercis pour votre soutien ❤️❤️ 😌


Références

Total
0
Partages
4 commentaires
  1. Bonjour Christopher,

    vous avez l’art et la manière, n’ayons pas peur de l’honnêteté de dévoiler les vrais signaux techniques.
    alors que d’autres ne font que pipeauter…
    Je suis très intéressé par le pullback, mais je n’ai pas d’indicateur pour le repérer, comment faire?
    le site où je suis n’a pas les point pivots en cours de clôture, n’a pas de langage de programmation, mais a tous les indicateurs classiques, et quelques screeners qu’on peut construire pour repérer de suite une valeur , mais sans la programmation souple de prorealtime (je ne suis pas à l’aise avec cette plateforme).
    avez vous svp une ou des astuces pour repérer dans le panel de plus de 100 actions, un ou plusieurs titres qui vient de faire un pull back, sans nous obliger à se “taper” plus de 100 graphiques?
    Je vous remercie d’avance de consacrer votre temps à la toile face à des inconnu(e)s.

    Cordialement,

    Stéphane

    1. Rebonjour Stéphane,
      Je n’ai pas réussi à rendre ma stratégie automatisable malheureusement.
      J’utilise également un screener qui me donne le minima des éléments que j’ai besoin d’avoir (admettons breakout, volume, tendance, capitalisation boursière, etc.).
      Le screener étant assez sélectif, j’ai rarement 20 opportunités par jour.
      Je réalise ensuite un filtre personnel en fonction de critères plus suggestifs : conjoncture, rotation sectorielle, liquidité, hedge de mon capital ET potentiellement pullback.
      Pour moi le pullback reste un critère suggestif puisqu’il va varier d’un investisseur à un autre en fonction de son tracé et sa sensibilité technique.
      Ce pourquoi un outil ne peut donner de résultat concret, là où vous voyez un support à 6500 sur le CAC40, votre confrère peut le voir à 6520… et cela change tout.
      Espérant vous avoir répondu 🙂
      Christopher

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires