Chandeliers Japonais : comment les interpréter ?

Chandeliers japonais

J’ai conçu cet article comme une introduction. Comme une initiation aux chandeliers japonais.

Oui, après l’avoir lu, vous devriez enfin mieux comprendre leur fonctionnement. Et cela vous aidera, je l’espère, au moment d’établir vos stratégies d’investissement.

Ce billet me permet également de revenir sur la manière dont j’ai vécu mes sept dernières années d’expérimentations. Je vais me focaliser sur ces figures particulières. En profitant de mon bilan, vous allez donc gagner du temps et cibler les meilleurs patterns. Plutôt pratique, non ?

Rassurez-vous : l’idée de ce bilan n’est pas de dérouler une liste indigeste, sans âme. Cela serait simplificateur, ennuyeux, et un peu trop banal.

Comme toujours, je tiens à respecter mes lectrices et mes lecteurs en allant plus loin. En vous livrant des clés pour interpréter, comprendre et agir au mieux grâce à ces indices. Bref, une approche vivante.

Suis-je en train de vous promettre un succès retentissant grâce à mes conseils ? Non. Il n’y a jamais de garantie absolue quand on opère sur les marchés financiers. C’est valable en 2023 comme cela l’était… au XIXe siècle. En revanche, il me semble qu’ignorer ces figures chartistes est une mauvaise idée. Car elles peuvent vraiment se révéler utiles.

En effet, leur interprétation trouve sa place dans la grande majorité des stratégies d’analyse technique. Cela fonctionne comme un signal. Ce signal qui vous amène à prendre votre décision d’achat. Ou, au contraire, de vente. Celui qui affine vos entrées sur des unités de temps inférieures. En somme, celui qui est précieux. Décisif.

Si ces propos vous évoquent des concepts familiers, c’est que vous avez déjà une certaine expérience. Dans le cas contraire, ce n’est pas grave. Ce guide est fait pour les initiés tout comme pour les débutant(e)s.

Posons d’abord les bases.

Voici ce que vous allez découvrir ou redécouvrir au fil de cet article…

  • Nous allons aborder les questions suivantes : comment se constitue une bougie ? Autrement dit, pourquoi prend-elle ces formes particulières ? Ces réflexions aident à repérer les forces en présence.
  • Je vais vous livrer trois astuces reconnues, efficaces, permettant d’interpréter un chandelier japonais. C’est gratuit. Et cela peut donner des résultats puissants.
  • Finalement, vous aurez un aperçu des meilleures configurations à repérer sur un graphique.

Les chandeliers japonais : une définition

Le terme “chandeliers japonais” sert à désigner une catégorie de représentations graphiques.

En bourse, vous avez la possibilité d’analyser un cours selon différentes types de figures (courbe, histogramme, barchart, Heikin-Ashi, Hollow Candle…). Les chandeliers sortent particulièrement du lot.

Vous aurez la possibilité d’expérimenter d’autres représentations. Elles sont disponibles sur les plateformes de trading. Et elles se révèlent utiles à leur manière. Toutefois, le langage principal des traders particuliers prend forme à travers les chandeliers japonais. C’est le b.a.-ba, si j’ose l’expression.

Alors poursuivons.

Ces images ne sont jamais là pour “prédire” quoi que ce soit. Si on vous les présente ainsi, méfiez-vous ! L’idée est de fournir une clé de lecture. De donner une idée, en un clin d’oeil ou presque, des performances passées.

Plus précisément, chaque variation de prix est contenue dans une bougie.

Sur ce point, il y a quelques éléments importants à connaître :

  • La durée de la variation dépend de l’unité choisie par vos soins. Il peut s’agir de cinq minutes, quinze minutes, une journée…
  • La plus petite des unités de temps est surnommée un “tick”. Elle correspond à une transaction.
  • Certains graphiques vont jusqu’à représenter 100 ticks en une même bougie.
  • Ce n’est donc pas le temps qui définit le remplissage de ces bougies, mais le nombre de transactions.

Vous l’aurez compris : l’interprétation n’est envisageable qu’à la clôture. C’est un indice, que vous allez apprendre à lire pour ajuster vos décisions.

Qu’en est-il maintenant du chandelier en tant que tel ? Cette figure regorge d’informations. C’est une mine de repères. Laissez-moi vous expliquer.

Lire un chandelier japonais : comment faire ?

Un chandelier délivre, à lui tout seul, cinq informations :

  • Le cours d’ouverture.
  • Le cours de fermeture.
  • Le plus haut prix atteint lors de la séance. Quand il est sorti du corps du chandelier, on dit qu’il constitue une mèche.
  • Le plus bas prix atteint lors de la séance. Là aussi, lorsqu’il quitte le corps du chandelier, on le qualifie de mèche.
  • La force acheteuse ou vendeuse. En l’occurrence, on se base sur la couleur du corps. Généralement le bleu pour un chandelier haussier et le rouge pour un chandelier baissier.

Mais puisqu’une image peut valoir mille mots, je vous dévoile un exemple concret.

Chandeliers japonais

Notons qu’en réalité, les couleurs des bougies importent peu. Il suffit de détecter lesquelles sont haussières et lesquelles sont baissières. Certains graphiques sont verts et rouges, d’autres noirs et blancs. Cela dépend des choix esthétiques opérés.

Chandeliers japonais verts et rouges

Comment interpréter ces figures en chandeliers ?

Le plus important reste de savoir interpréter ces fameuses représentations. Nous verrons, dans les lignes qui suivent, quelques chandeliers à eux seuls importants (ou des groupes).

Si ces graphiques s’imposent comme une norme, c’est parce qu’ils sont, finalement, généralistes. On peut les comparer aux bougies Heikin-Ashi qui, elles, sont davantage appréciées au moment de repérer des tendances. Nous cherchons, nous, à avoir le maximum d’informations, des informations neutres qui n’orientent pas l’analyse.

Mais ne laissons pas durer le suspense plus longtemps : que peut-on donc repérer ?

Les cours et leur volatilité

La volatilité, sur certains actifs financiers, est aussi consécutive d’une absence de liquidité (autrement dit d’échange entre acheteurs et vendeurs).

Les chandeliers japonais vous donnent plusieurs indications permettant d’évaluer le niveau de volatilité. Nous allons d’abord pouvoir observer des mèches (de taille importante, nombreuses ou les deux). Vous pouvez également observer l’absence de mouvement (alternance de bougies haussières puis baissières). Puis des mouvements brusques, se retournant tout aussi brusquement.

Voilà ce qui se révèle particulièrement intéressant : la présence et le manque ont tous deux une valeur interprétative. En considérant l’un et l’autre, vous adoptez une approche équilibrée.

Je me permets de rappeller à quel point la volatilité tient un rôle prépondérant en trading. Ne serait-ce que sur le plan psychologique. Il faut être conscient(e) du niveau de risque. Avoir une idée de cette dynamique particulière, de ces fluctuations plus ou moins prononcées. Comme toujours, cela ne permet de tirer aucune vérité générale. Mais selon la nature du produit, selon le contexte, la donne peut changer.

J’ajouterais que même en cas de haute volatilité, le trader ne s’expose pas systématiquement au même niveau de risques. Et pour cause : cela dépend des sommes qu’il met en jeu. Ce n’est pas le moment d’approfondir cette notion, mais il faut se souvenir que votre stratégie peut tout changer. Les chandeliers japonais sont là pour vous aider à la peaufiner.

Passons maintenant au deuxième repère : celui des flux directionnels. Un terme technique qui, en réalité, désigne un phénomène simple à appréhender.

Volatilité des cours de bourse

Cette force (parfois vive) des flux directionnels

Un flux directionnel est caractérisé par une bougie de forte intensité, généralement sans ou avec peu de mèche.

L’absence de mèche permet de qualifier l’ouverture ou la fermeture d’extrêmes.

Flux directionnel bourse

Plus la fermeture est en extrême, plus la bougie marque une disproportion entre les précédentes, plus le flux est fort.

Habituellement provoquée par une news, un regain d’intérêt ou une annonce sur résultat, il peut marquer le début d’une tendance ou une reprise.

Oui, l’actualité, les événements nationaux ou internationaux se traduisent… visuellement. Si j’ose le dire de cette manière, les bougies donnent l’impression de “paniquer”, de changer brusquement, voyant leur forme se distendre (parfois violemment). Ci-dessous, on le constate avec l’étonnante bougie bleue, qui marque une rupture nette avec la précédente et reste bien plus large que la suivante.

Restons attentives/attentifs à ce genre de distorsions. Elles offrent des clés de lecture précieuses.

Il en va de même pour ce qui concerne la continuation ou le retournement d’une tendance.

Une tendance qui se poursuit ou se retourne : le chandelier comme indice

Il existe plusieurs configurations de bougies que nous allons évoquer, que vous allez (re)découvrir dans la suite de cet article. Je ne présenterai que les configurations qui présentent pour moi un peu d’intérêt, en me basant sur ces fameuses quatre années de trading.

Je tiens à le préciser : toutes les informations que vous allez être en mesure de déchiffrer affichent un degré de fiabilité variable… en fonction de l’unité de temps que vous utilisez. Plus vous tradez sur des unités de temps courtes, plus les cotations boursières sont manipulables, plus les retournements s’opèrent en fonction des indicateurs macro-économiques. En somme (et assez logiquement), les chances pour que les retournements soient des faux signaux, ou des signaux peu exploitables, sont plus grandes sur les unités de temps courtes.

C’est l’unité de temps “1h” qui, selon moi, commence à donner de meilleurs résultats.

Il est temps d’en venir à des explications plus concrètes. Je vais maintenant vous livrer une sélection des meilleures bougies japonaises. Ce n’est pas une science exacte ; je ne prétends donc pas détenir la véritée absolue ! Mais mes nombreuses opérations “sur le terrain” m’ont permis de privilégier telle ou telle approche.

Ma sélection des meilleures chandeliers japonais

Je ne vais pas vous présenter ici un ramassis de toutes les bougies inimaginables. Vous n’aurez donc pas 10, 15 ou 20 configurations techniques à “connaitre”.

Oui, ce format ferait plaisir à Google, percevant là une mine d’informations.

Le problème ? J’ai peur de vous perdre dans cette mine. De vous submerger. Je vais donc me concentrer sur celles que je considère comme les meilleures.

À savoir que les meilleures configurations sont parfois simples, c’est-à-dire qu’elles sont constituées d’une seule bougie. Parfois complexes aussi ; elles forment alors une figure regroupant deux ou trois bougies.

On les classe, quoi qu’il en soit, selon trois types de configurations techniques :

  • Les figures ou configurations de continuation. Ces bougies jouent un rôle dans la poursuite du mouvement boursier en cours. Elles attestent d’une stabilité.
  • Les figures ou configurations d’hésitation. C’est le moment où il faut s’abstenir. Le marché ne nous donne aucune information. Il serait hasardeux de prendre une position, à moins de s’en remettre au hasard. Et il s’impose rarement comme un bon conseiller dans le domaine ;).
  • Les figures ou configurations de retournement. C’est le moment, peut être, d’alléger une position en suivi de tendance. Le cours présente une hésitation et va même donner des signes de retournement.

Mais je vous ai promis d’être plus précis, alors commençons.

Les configurations de continuation.

Le Tasuki gap
Le Tasuki gap

Aux origines d’un Tasuki Gap, on retrouve un gap. C’est une absence de cotation entrainant une discontinuité entre deux bougies. Un vide d’air, pour parler familièrement.

En trading, on considère qu’avant un retournement, il faudra clôturer le gap (ou le combler). Mais ce n’est pas toujours possible.

Dans la figure ci-dessus, celle représentant un Tasuki Gap donc, le gap n’arrive pas à être comblé. Les vendeurs ou acheteurs (ce sont les vendeurs dans mon exemple) protègent le gap et rendent le cours de Bourse à de nouveaux plus bas. ???

La difficulté qu’ont les opposants à combler un gap est souvent annonciateur d’une continuation de tendance.

Les bougies “méthodes” ascendantes ou descendantes
Les bougies "méthodes" ascendantes ou descendantes

Les bougies méthodes ascendantes (dans notre exemple) constituent une série de petites bougies situées dans l’amplitude du corps de la bougie principale.

Elles se comptent généralement par trois. Toutefois, il est préférable de laisser les opérations se réaliser. C’est la raison pour laquelle mon schéma représente bien 4 petites bougies, situées dans l’amplitude du corps de la première.

La bougie initiale est manifestement une bougie de forte intensité, dont l’amplitude est remarquable. Celles qui suivent, en revanche, marquent une pause. Elles s’apparentent à une perception des bénéfices, à une consolidation, avant que ne se déclenche une reprise de la hausse.

Il est intéressant de relever, à côté la figure qui nous intéresse ici… la présence d’un Tatsuki Gap ! Car évidemment, même si je présente ces phénomènes de manière isolée… tout cela prend place dans un environnement commun. Le trader doit faire preuve de sagacité et mobiliser ses nombreuses connaissances pour apprécier, interpréter les fluctuations (ou leur relative absence).

Tasuki Gap

Les deux chandeliers que je viens de mettre en avant font partie des “figures de continuation”. Il est temps de mettre deux configurations d’hésitation à l’honneur.

Les configurations d’hésitation en chandeliers japonais.

Le Doji

Le Doji fait partie des figures d’hésitation qu’un spéculateur débutant arrivera facilement à identifier.

C’est bien simple : dans ce cas-là, une bougie n’a aucun corps. La variation du cours n’a donné lieu à aucune tendance.

On aperçoit une sorte de croix, symbolisant l’absence d’indication, l’annulation d’information.

DOJI

Ces croix, on les retrouve régulièrement après l’apparition de bougies impulsives ou lorsque le marché ne peut pas prendre de décision.

Mais si vous avez bien regardé le graphique, vous aurez pu apercevoir deux configurations en “méthodes” ascendantes. Elles se révèlent bien plus utile pour votre lecture.

Bougies DOJI
Le Harami

Le Harami peut donner des informations différentes en fonction de la tendance du marché et de son contexte. Mais par expérience, je dirais qu’il donne des informations sur une hésitation.

Il se repère par une amplitude de premier chandelier marquée, forte, se démarquant indéniablement de son “entourage”. Il s’en suit un deuxième chandelier, compris dans l’amplitude du corps de la première bougie.

En l’occurrence, le deuxième chandelier ne créait pas de nouveaux plus haut ou plus bas par rapport à la bougie précédente. La deuxième peut être baissière comme haussière.

Dans l’exemple qui suit, nous avons un premier chandelier baissier, puis un chandelier haussier compris dans l’amplitude de la première :

Harami

C’est cette dernière caractéristique qui est importante. En effet, la séquence de la veille est défendue par les investisseurs. L’absence de progression dans une tendance haussière, et inversement, indique soit un retournement, soit une indécision temporaire.

Qu’en est-il des configurations de retournement, maintenant ? Celles qui laissent mesurer une fluctuation des cours ? J’en ai choisi trois, et elles m’ont aidé plusieurs fois à prendre des décisions intelligentes.

Les configurations de retournement.

L’avalement

Nous rentrons ici dans les configurations contrariantes, celles qui vont donner des informations contraires à la période actuelle, celles qui vont potentiellement vous faire douter !

Ce doute est sain. Il fait le sel du trading, pousse à réfléchir ; à oser, parfois.

La plus significative, c’est l’avalement. Ce dernier peut être baissier ou haussier.

Structurellement c’est une bougie qui, dans son amplitude, couvre l’amplitude de la bougie précédente de bas en haut… en affichant toutefois un sens de marché opposé.

Pour exprimer ce phénomène de manière triviale, on peut dire que le chandelier précédent s’est fait “avaler”.

Avalement baissier

Les avalements sont parfois qualifiés d'”englobantes”. Le sens est identique. La bougie actuelle vient englober, selon un sens de marché opposé, la bougie précédente.

Ces bougies annoncent une psychologie de marché qui change. Elles ne témoignent pas de l’intensité du repli ou rebond à venir mais peuvent en être à l’origine.

Dans notre exemple, nous voyons que la baisse se poursuit le lendemain alors que le marché était haussier (la moyenne mobile est en hausse, et connaît une faible volatilité).

Les étoiles du soir ou du matin

Ensuite, nous avons les étoiles. Leur nom très poétique n’enlève rien à leur intérêt technique. On distingue généralement celles…

  • du soir. Pour les étoiles qui vont être initiatrice d’un mouvement baissier probable.
  • du matin. Pour celles qui vont être initiatrice d’un mouvement haussier probable.

Je tiens à éviter toute confusion : non, cela n’a rien à voir avec le moment de la journée. Cela reste métaphorique : le soir correspond au soleil qui se couche (et donc aux prix qui baissent). Le matin évoque le renouveau, l’astre qui grimpe vers le ciel… il y a donc une hausse à présager.

Chandelier Etoile du soir

Les étoiles sont constituées de trois bougies. Elles sont très visibles, car très caractéristiques.

La première bougie est d’une taille importante – potentiellement impulsive – elle suit parfois un mouvement important en cours de réalisation. Puis nous remarquons une deuxième bougie, qui détone par son manque de volume/d’amplitude. Et l’on finit sur une bougie prenant le contre-pied des deux premières. Elle pourrait facilement être un avalement ou une englobante.

On peut le constater : cette figure de trois bougies forme un creux ou un sommet.

Toutes sortes de nom lui sont donné. Par exemple, si un gap est créé entre les bougies impulsives et la bougie du milieu, on va pouvoir l’appeler “bébé abandonné”. A mon sens, il est inutile de connaitre précisément toutes les appellations techniques, il est plus important d’avoir sa liste de bougies préférées.

Si vous décidez de tout apprendre par cœur vous risquez de perdre du temps. Une approche trop scolaire ne me paraît pas judicieuse.

Mais revenons-en à nos figures. Le chandelier du milieu peut être un Doji, vous vous en rappelez ? Vous savez, cette bougie d’hésitation ? Ici, pour le coup, elle marque un changement de tendance.

Étoile du matin
Chandeliers japonais : Le marteau

Enfin, last but not least comme on dit en anglais, il y a le marteau.

Ceux qui anticipent la clôture des bougies peuvent déjà avoir vécu un changement de tendance et ont, peut-être, eu affaire au marteau.

Il est facile à reconnaitre car il est constitué d’un petit corps en partie haute et d’une longue mèche en partie basse.

La mèche représente l’extrémité de la bougie, l’amplitude. Le chandelier en cours n’a donc pas réussi à tenir son amplitude. Cela implique, dans le cas d’un marteau, que des acheteurs aient souhaité reprendre la main.

On peut donc considérer un chandelier comme annonciateur d’un retournement, plus probablement à la hausse. Dans le cas inverse, celui d’une tendance haussière, le chandelier s’appellera “pendu”.

Marteau bourse

Comment optimiser la lecture d’un chandelier japonais ?

Certains vous diront que les bougies japonaises sont fiables, qu’il suffit de connaitre les 3 meilleures pour gagner en bourse.

Certains vous diront qu’elles forment une indication, qu’elles délivrent des informations utiles à jauger l’évolution probable des marchés.

Cette deuxième version, plus raisonnable, me semble également plus juste. Mais je préfère me méfier des probabilités annoncées. Par expérience, la dynamique va évoluer en fonction de l’actif que vous tradez. De son “destin”, si je puis dire, de sa place dans l’actualité, le monde, selon une mine de critères différents. Il n’y a donc personne à croire sur parole ; préférez votre propre expérience comme repère.

Dans cet article, j’ai bien annoncé que les mouvements étaient probables (et non garantis). D’ailleurs, même s’ils se réalisent, l’intensité des mouvements futures n’est pas garantie.

Dès lors, il est difficile de se donner un objectif sans prendre en compte le price action en cours.

Résistances, zone de prix, tendance… l’analyse technique demande une approche globale dont les chandeliers font partie. Mais il ne faut pas tomber dans le piège des stratégies aux multiples indicateurs/oscillateurs. Toute mon analyse, que j’aime bien dire minimaliste, se base avant tout sur les prix et les graphiques.

Price action sur CAC40

En somme, les chandeliers japonais sauront vous aider en tant qu’éclaireurs. En vrais petits soldats, ils vont préparer le terrain et vous donner des informations permettant de prendre votre décision. 

Ils sont précis et vous donnent, en temps réel, l’information la plus actualisée.

Cependant les pièges ennemis existent toujours, et je recommande une prudence avisée afin de ne jamais (ou le plus rarement possible) tomber dans le piège.

Comme toujours, les positions hâtives ne sont pas les bienvenues.

Les chandeliers japonais : alors, quelle sera votre stratégie ?

Nous arrivons au terme de ce panorama. Celui des chandeliers japonais qui m’ont semblé sortir du lot, année après année.

Bien sûr, rien ne vous oblige à faire comme moi. C’est aussi ce qui rend le trading intéressant. Il n’y a pas de “marche à suivre” imparable.

En revanche, consulter les astuces des plus expérimentés aide à “faire ses armes”. Peut-être que vous ne retiendrez qu’une seule figure. Peut-être toutes.

L’important, c’est de ne jamais se laisser bercer par les évidences. De se montrer alerte et prêt(e) à réagir quand les lignes de force tremblent. Je vous souhaite, en tout cas, une expérience couronnée de succès !

Total
0
Partages
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires