Le webzine du trading francophone.
Suivre
Mes e-mails confidentiels™

Tout comprendre des vagues de wolfe (Wolfe Waves)

blank

Que penser des vagues de WOLFE ?

Déjà une chose est sûre, j’ai fait mes recherches et il n’existe que peu d’information fiable sur le taux de réussite d’une vague de wolfe. Certains articles énoncent des taux de réussite de 50%, d’autres de 70% repris dans des vidéos, il se peut que nous en soyons encore assez loin du compte.

En réalité, balancer ce genre d’information sans backtest, sans analyse approfondie, sans même parler de l’actif financier sur lequel porte cette analyse (oui, le forex ne réagit pas comme les cryptomonnaies, les cryptomonnaies ne réagissent pas comme les actions, les actions ne réagissent pas eux même, entre elles, de la même manière…), alors tout ça ne sert à rien.

Ça ne sert à rien, sauf peut être…

…vous convaincre d’utiliser une méthode, que peut être que vous découvrez, avec des statistiques alléchantes. Statistiques basées sur rien.

Mais ce n’est pas un article à charge que je vous propose, j’en ai juste eu marre de lire de fausses informations, et j’ai voulu vous avertir.

A un moment donné, toute technique d’analyse peut être intéressante.

Et comme on dit que le savoir c’est le pouvoir, mieux vos chercher à augmenter ses connaissances.

Et puisque je n’avais pas encore porté mon analyse sur une stratégie d’analyse technique, même si j’ai déjà évoqué l’intérêt de regarder le price action, ici nous allons nous intéresser aux vagues – qui ne sont pas d’Elliott – mais de Wolfe.

Qu’est ce que les vagues de wolfe ?

Les vagues de Wolfe ont été mises en évidence dans le livre Street Smarts de Linda Bradford Raschke et Laurence A. Connors[1] – livre traduit en français en 2006 nommé Stratégies de trading à court terme, pour ceux qui veulent le retrouver – et popularisées par Bill et Brian Wolfe.

Bill et Brian Wolfe ont découvert une méthodologie de trading (ici on ne parle pas d’investissement) puis l’ont renommé de leur nom, pour que cette méthodologie s’intitule les vagues de Wolfe, ou Wolfe Waves.

Les deux auteurs partent du postulats que les lois de la physique s’appliquent aux marchés financiers, en l’occurrence ici, on parle de mouvements en forme de vagues.

Si l’on ne peut remettre en cause la dynamique des prix, qui peut effectivement présenter des oscillations ascendantes et descendantes plus ou moins profondes, l’application de lois physiques relatives aux océans semblent d’avantage être une métaphore.

Les cycles des marchés oscillent, en tendance ou en rang, il y a toujours des retracements.

Bill et Brian Wolfe ne sont pas les seuls à avoir voulu exploiter ces oscillations. Ce fut également le cas d’Elliott, qui a donné son nom au concept des vagues d’Elliott.

Bénéficions-nous d’un avantage à exploiter ces mouvements ? peut-on les exploiter facilement ? c’est ce que nous allons tenter de définir, en commençant par analyser la stratégie des vagues de wolfe.

Les critères d’une (bonne) vague de Wolfe

Alors c’est quoi une bonne vague de Wolfe ? car des critères il y en a, au nombre de 3.

Règle n°1 : repérer les creux et sommets.

Nous avons parlé précédemment d’oscillations, de mouvements des prix. C’est ce que nous cherchons à repérer car, il vous faut au préalable 5 sommets/creux.

Les 4 premiers sont faciles à lire graphiquement, il suffit de numéroter les derniers plus hauts et plus bas.

Dans les vagues de Wolfe, nous recherchons une alternance caractérisée de plus hauts, plus bas (dans le cadre d’une vague baissière) ou l’inverse plus bas, puis plus haut (dans le cadre d’une vague haussière).

Sommets et creux bourse

A contrario, le 5 points, le dernier, relève plus d’une anticipation de retournement du cours. Dans notre exemple, le flux boursier étant relativement haussier, il n’est pas encore possible d’anticiper un retournement.

C’est clairement un point délicat!

Tracer les vagues dans le passé ne présente aucun difficulté, mais en situation réelle, il faut prendre des risques et attendre un signal.

Règle n°2 : surveiller les niveaux des creux et sommets.

Encore et toujours eux!

Cette fois-ci, si nous voulons valider une vague de Wolfe, nous devons être plus précis et prendre en compte un élément important de la théorie : le point n°4 doit être situé entre le point n°1 et 2.

Ainsi, mon premier exemple est invalidé car il y a un petit excès :

Vague de wolfe invalidée
Figure technique invalidée

Heureusement, quand les cours évoluent selon une théorie de Dow, la figure des vagues se valide :

blank

Mais ce n’est pas tout.

Règle n°3 : dissocier les figures baissières et haussières.

Il est important de dissocier si la lecture de la figure en cours est haussière ou baissière afin de pouvoir appliquer le 3ème et dernier critère.

En réalité c’est assez simple.

  • Si le point n°1 que vous avez numéroté forme, avec le point n°2, un sommet alors votre figure sera baissière (bearish).
  • Si le point n°1 que vous avez numéroté forme, avec le point n°2, un creux alors votre figure sera haussière (bullish).
Vague de Wolfe baissière
Vague de Wolfe baissière
Vague de Wolfe haussière
Vague de Wolfe haussière

Pourquoi c’est important ?

Parce qu’il faut que les points 1, 3 et 5 forment dans tous les cas, une ligne.

Une oblige haussière dans le cadre des figures baissières, et une oblige baissière dans le cadre des figures haussières.

Non, il n’y a pas de contradiction, je comprends que ces concepts à la lecture soient compliqués mais ici la figure vise un retournement de tendance. C’est tout le contraire du TrendFollowing alors il faut jouer des divergences (oblige haussière => figure baissière).

Ce qui donne en image :

Vague de Wolfe validée
Vague de Wolfe validée

Dans cet exemple, la figure est parfaite. Le point n°4 est bien située entre les points 1 et 2. Les points 1, 3 et 5 forment bien une ligne (oblige baissière => figure haussière).

Comment investir avec les Wolfe Wave ?

Maintenant que les étapes de validation de cette figure ont été définies, définissons les règles pour investir.

Et il y en a toute simple : L’EPA (Estimate Price at Arrival). Qui définie un prix cible, qu’on pourrait appeler take profit.

Pour le trouver, il suffit de tracer une oblique à partir des points n°1 et 4.

Le trade doit se clôturer quand l’EPA (prix cible) est atteint.

vague de wolfe, EPA (Estimate Price at Arrival)

Le prix n’a, ici, jamais atteint l’oblique EPA qui avait une orientation très haussière.

Dans la théorie, la vague de Wolfe n’a pas fonctionné, mais au vu de l’évolution des cours, il est possible de générer une plus value avec cet investissement.

Mais d’ailleurs où placer son point d’entrée ?

Le point n°5 détermine le point d’entrée.

Si vous vous souvenez, j’ai évoqué la problématique du point n°5. Ce dernier devant être estimé grâce à la ligne des points 1, 3 et… 5.

Si dans le passé, il est facile de voir que le cours d’un actif a parfaitement rebondit, quand vous êtes en situation réelle, les déconvenues peuvent arriver.

Malheureusement nous sommes sur les marchés financiers. Ce dernier rémunère les risques que nous prenons, il vous faudra donc prendre un risque en entrant sur un potentiel point n°5.

Je conseille tout de même d’attendre un signal, comme un chandelier japonais qui donne de meilleurs probabilités pour un retournement comme un avalement, une étoile du soir ou un marteau.

Dans nos exemples, vous avez un beau chandelier haussier avec une ouverture en extrême, c’est un point possible d’entrée.

bougie entrée vague de wolfe

Quid du stop loss ?

Le Stop Loss est conseillé, voir obligatoire.

Il est placé de manière logique en dessous du point n°5. La ligne des points 1, 3 et 5 servant de résistance ou support, que l’on peut qualifier de majeur, étant donné qu’ils sont constitués de 3 points, il est logique de positionner son SL sous ces niveaux.

stop loss vague de wolfe

Oblique EPA tracée, SL positionné, Entrée identifiée, vous n’avez plus qu’a respecter quelques règles de money management et laisser l’actif évolué.

On peut noter, et c’est ce qui est mis en avant par les utilisateurs de la méthode, un niveau de profit très élevé par rapport au niveau du risque.

Le risk/reward (risque/récompense) est, sur le papier, très alléchant.

Zone de risk/reward

Je précise volontairement sur le papier car tout cela reste de la théorie.

Dans la réalité, et pour avoir backtesté de nombreuses stratégies de trading, il y a un lien évident entre la distance du TP et celle du SL. En clair, plus vous cherchez à augmenter votre Take Profit, moins vos probabilités de réussite sont élevées.

Ça peut paraitre évident, mais beaucoup croit à des probabilités de réussite élevées (de l’ordre de 50, 60, 70%).

D’ailleurs, il n’est pas rare que l’oblique EPA ne soit jamais touchée, malgré un bon départ.

blank

Dès lors, pour ne pas perdre d’argent dans ces situations, il est recommandé de prendre une partie de vos bénéfices sur des niveaux clés (par exemple, au niveau du point 4) et/ou de sécuriser votre position en méthode à Break Even.

Récapitulons

Il ne faut pas céder aux chants des sirènes.

La vague de Wolfe, est une stratégie de trading, repris et popularisée (non inventée) par Bill et Brian Wolfe.

La méthodologie vise un retournement de tendance et s’appuie sur le mouvement en vague des marchés financiers.

Ces nombreux critères en font une stratégie établie (validation, entrée, SL, et TP) mais ne garantissent pas le succès. Succès d’ailleurs qu’on a du mal à estimer malgré quelques très belles promesses.

Bill et Brian Wolfe, sont propriétaires de plusieurs sites internets, dont Wolfewave.com, traduit en plusieurs langues où il vantent (et vendent) depuis près de 30 ans “leur” stratégie.

Malgré un impressionnant succès, sur leurs sites, de cette méthode, je n’ai pas trouvé sur la toile de témoignage de trader particulier devenu riche avec celle-ci, deux hypothèses :

  • c’est pipeau.
  • c’est tellement performant qu’on préfère se cacher et en profiter.

Toujours est-il que Bill et Brian Wolfe vendent leurs connaissances 3 000,00$, malgré leur richesse autoproclamée. C’est l’éternel débat fait aussi aux formateurs en bourse, à la différence que, il en existe deux catégories.

Ceux qui se font passer pour des riches, pour attirer des prospects (d’où le débat “si tu es riche, pourquoi vends-tu des formations ?“) et les autres, plus modestes, qui partagent leurs expériences sans promesse, sans excès.

Beaucoup de très bon traders, n’ont pas encore le capital pour être libre financièrement, les formations deviennent alors un levier d’augmentation du capital.

Je ne dis pas que cet article est l’équivalent de ce qui est partagé dans la formation à 3 000,00$ de Bill et Brian Wolfe, il y a peut être d’autres subtilités.

Il n’est pas intéressant de s’intéresser à cette méthode, en vaut-elle 3 000,00$ ? c’est un autre débat. Bon nombre de formations en bourse (exemple ici) n’atteignent même pas un tiers de ce prix là.

Pour optimiser les performances, il me semble important de chercher à réduire ses objectifs de gains, d’ailleurs l’illustration d’une vague qui a fonctionné sur le site Wolfewave.com donne un petit profit :

blank
Source : http://www.wolfewave.com

C’est ce que plusieurs traders particuliers proposent et partagent dans leurs idées de trading sur TradingView.

Suivre les analyses d’intervenants peut être une bonne méthode d’apprentissage.

blank
Source : https://fr.tradingview.com/ideas/wolfewaves/page-2/

On se retrouve la semaine prochaine 😀

Lesformationstrading c’est un nouvel article (technique, informatif, pédagogique) toutes les semaines.

N’hésitez pas à partager et me suivre si ces sujets vous plaisent 😘


Références

Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires
Notre site utilise des cookies pour mieux vous servir, pour en savoir plus : conditions d'utilisation.