Préparer votre futur : Comment acheter des actions ?

Les astuces qui suivent sont déterminantes pour constituer un plan d’action permettant d’accroître ses revenus grâce à la bourse.

Par Christopher LFT – Mis en ligne le 07 mars 2023 – 12 minutes de lecture.

blank

Face à la conjoncture actuelle, acheter des actions est un levier de prévoyance qui peut s’avérer précieux. À condition d’établir une bonne stratégie, évidemment, et de comprendre les mécanismes principaux de l’investissement.

Soyons clairs : il n’y a pas d’astuce pour s’enrichir à tous les coups. Les opérations en Bourse supposent toujours des risques. En revanche, il est possible d’optimiser ses chances de profit, tout en limitant le plus possible les pertes potentielles. D’ailleurs, c’est en agissant (tout en restant prudent) que l’on peut gagner.

Alors, comment acheter des actions ? comment agir au mieux ? Faire fructifier son capital avec sagesse ? Ce guide vise à rappeler l’essentiel concernant l’achat d’actions sur les marchés financiers. Bien sûr, vous n’allez pas lire que des généralités. C’est un large panel de conseils actualisés que nous avons préparé pour vous.

Comment investir intelligemment en fonction de son profil ? Quel rendement peut-on espérer, et à partir de quand ? Quels courtiers en ligne semblent les plus fiables ? Les entreprises françaises présentent-elles des opportunités ?

Nous avons réuni les questions les plus récurrentes. Celles qui concernent tous les investisseurs. Et même si nos réponses ne peuvent pas prendre en compte chaque détail, elles devraient vraiment vous aider à booster votre rentabilité.

Voilà donc tout ce que vous devez savoir sur l’achat d’actions en 2023…

Une action, c’est quoi ?

Une action est un titre boursier. On peut considérer qu’il s’agit d’une part de l’entreprise. Cette définition suppose cependant des nuances.

Lorsqu’une entreprise émet des actions, elle va définir, en amont, leurs spécificités. Plusieurs questions se posent :

  • Est-ce que tous les actionnaires jouiront d’un droit de vote en assemblée ?
  • Y a-t-il un dividende (autrement dit : une redistribution des bénéfices enregistrés par la structure) prévu ? Quel sera le pourcentage appliqué ?
  • Un axe fondamental : quel sera le prix de ces titres ?

Bien sûr, ces choix dépendant de plusieurs lois nationales et internationales. Une société ne peut pas appliquer n’importe quelle politique boursière.

Toujours est-il que de votre côté, en tant que potentiel actionnaire, vous devez considérer une action comme un levier d’enrichissement. Avec ou sans dividende, c’est un moyen de gagner de l’argent grâce aux performances de l’entreprise émettrice.

Forcément, cela induit des risques. Le nerf de la guerre, ce sont ces fameuses fluctuations sur les marchés financiers. Une action, par définition, va prendre ou perdre de la valeur. Les meilleures stratégies financières sont celles qui consistent à tirer profit des variations. Cela demande un sens de l’équilibre, de l’anticipation, mais aussi le développement d’une vision sur le moyen et long terme.

Cela dit, avant de mener ses opérations boursières… faut-il encore savoir comment acheter des actions, non ?

Voici justement deux types de comptes bancaires permettant d’investir en Bourse. Les distinguer est très important pour maîtriser son approche et mettre toutes les chances de son côté. Restez donc bien alerte…

Acheter des actions : les deux types de comptes (PEA et Comptes titres)

On distingue généralement deux types de comptes permettant de constituer officiellement son portefeuille d’actions.

Le PEA, ou plan d’épargne en actions

Le PEA permet de devenir actionnaire via un plan d’épargne.

Vous allez donc placer une partie de votre capital sur un compte d’investissement. Cela peut consister en un versement mensuel. Il arrive aussi qu’un gain ponctuel (héritage, vente…) pousse les investisseurs à placer une certaine somme selon ce modèle, sans forcément alimenter le compte régulièrement.

En ce qui concerne les achats, certains déterminent tout par eux-mêmes et choisissent les actions composant leur portefeuille. C’est la gestion libre.

D’autres vont osciller entre leurs propres décisions et celles d’un intermédiaire (un courtier, un banquier…). On parle alors de gestion conseillée.

Il y a aussi ceux vont tout confier à un spécialiste, par manque de temps ou de connaissances. Ce modèle s’appelle la gestion pilotée.

En France, quel que soit le modèle choisi, ce sont les actions européennes qui viendront enrichir le panel – avec de rares exceptions. Les organismes bancaires veillent à la régularité de chaque entité. Et pour encourager la dynamique des marchés financiers, le gouvernement a mis en place une mécanique d’avantages fiscaux.

Ainsi, lorsque vous agencez (ou faites agencer) un PEA, vous visez un retour sur investissement, doublé d’une exonération sur le revenu concernant les plus-values, les intérêts perçus, etc.

Le compte-titres

Ouvrir un compte-titre, c’est porter l’achat d’actions à l’échelle mondiale. C’est aussi s’engager dans un processus plus complexe : à titre d’exemple, les sociétés non cotées en Bourse peuvent faire l’objet d’un investissement avec ce type de compte.

On ne peut pas espérer d’allègements fiscaux, en l’occurrence. L’intérêt est ailleurs. Les possibilités sont plus nombreuses. Il y a (beaucoup) moins de limites et de plafonds.

En gestion libre, cette alternative est dangereuse pour les débutants. Il convient de développer une connaissance fine des marchés financiers avant de franchir le cap. Du moins, si l’on souhaite faire cavalier seul. En gestion conseillée ou pilotée, les recommandations d’un expert rendent les opportunités plus accessibles aux néophytes.

Vous l’aurez compris : il n’y a pas de règle absolue. Chacun(e) doit pouvoir choisir son type de compte en fonction des circonstances. Se baser sur ses objectifs et sa capacité financière est un moyen sain de déterminer son approche.

Découvrez justement les questions essentielles à se poser avant d’acheter des actions

Acheter des actions : les questions à se poser

Nous avons réuni pour vous trois questions à se poser avant d’acheter des actions. Certaines réflexions qui en découlent peuvent aussi vous aider pendant la gestion : pour savoir s’il est judicieux de revendre ses titres boursiers, par exemple.

Mes 7 techniques indispensables pour réussir en bourse maintenant révélées.

🚀 Apprend à investir et atteindre ta liberté comme 2127 privilégiés.

Je t’offre tout. Comment débuter en bourse avec sérénité ? Comment libérer tes blocages pour gagner de l’argent ? mais surtout, comprendre comment fonctionne les marchés financiers et limiter tes pertes avec mes astuces indispensables.

🎁 En bonus : je t’offre aussi ma calculette Excel action. La seule façon de l’avoir, et découvrir toutes mes techniques avancées, est de t’inscrire à mes lettres confidentielles™.

Connaissez-vous la notion de risque ?

La notion de risque est essentielle. Certains vont vendre des actions trop vite, par peur de voir leur capital fondre. D’autres vont acheter des actions malgré une tendance baissière, car ils spéculent sur un rebond.

C’est d’ailleurs la raison d’être de l’analyse technique. Oui, vous savez, les graphiques, les indices boursiers. Ils ne sont jamais 100% fiables, naturellement. Ce sont des repères, des indications. Mais ils revêtent une grande importance dans la gestion des risques.

Pour espérer gagner de l’argent à terme, un investisseur doit en effet atteindre un point d’équilibre. Trop vouloir attendre « le » moment avantageux, c’est manquer plusieurs opportunités. Néanmoins, acheter des actions à la moindre occasion et s’y accrocher excessivement… c’est s’exposer à des pertes importantes.

Un intermédiaire financier, que ce soit au sein d’une banque classique ou d’un organisme en ligne, a l’obligation de vous renseigner sur ces risques. Si l’on vous promet des gains « à tous les coups », fuyez. On peut limiter les pertes, mais jamais s’en protéger totalement. De même, si l’on n’essaye jamais… on ne peut pas faire fructifier son capital. Toute la sagesse d’un investisseur consiste à trouver un rythme et une démarche raisonnables, avec ou sans guide.

Quel support d’investissement choisir en fonction de son profil ?

Connaître son profil d’investisseur est primordial lorsqu’on souhaite acquérir des produits financiers. Ce profil n’est d’ailleurs pas figé. Il dépend de ce qu’on appelle la tolérance au risque.

Quelqu’un dont le patrimoine est limité se gardera de jouer avec la volatilité. Certes, en cas de retour sur investissement, il verra son capital gonfler de manière intéressante. Mais il s’expose également à des pertes, dont il pourra difficilement se relever.

Les conseillers boursiers ont l’obligation morale de recommander à leur clientèle des modèles adaptés. Ils redirigeront une personne aux revenus modestes vers un PEA à faibles risques… plutôt que vers un compte-titres d’une stabilité relative.

Choisir son support d’investissement revient, en outre, à interroger ses objectifs. Quel est votre but ? Décupler votre fortune ? « Mettre de côté », sans ambition particulière ? Comme dans bien d’autres domaines, la définition d’une perspective s’avère essentielle. D’un horizon.

À ce sujet, on ne perdra jamais de vue un facteur essentiel : la précaution.

Connaissez-vous l’épargne de précaution ?

Une erreur fatale consisterait, par exemple, à investir l’entièreté de son capital en Bourse. Des garde-fous existent, et les intermédiaires devraient éviter une telle situation. Cela dit, il ne faut pas uniquement compter sur la sagesse des autres.

Prenez conscience qu’une épargne de précaution demeure indispensable. Vous devez toujours avoir une somme à disposition. Celle qui vous permet de couvrir des dépenses inhabituelles. Imprévues.

Une partie de vos économies devraient être protégées de toute fluctuation excessive. C’est pourquoi, avant même la diversification du portefeuille, nous préconisons la diversification des comptes bancaires.

Autrement dit, une partie de votre solde total sera rattachée à un compte bancaire classique. Les intérêts à la clé sont bien moins intéressants. Ils paraissent même risibles, depuis plusieurs années. Mais au moins, vous placez votre argent sans craindre de le voir « fondre » à cause des fluctuations.

Mais revenons-en à l’achat d’actions en tant que tel. Quels sont les avantages induits ? Que pouvez-vous tirer de cette démarche ?

Pourquoi acheter des actions ?

Acheter des actions, comme on l’expliquait plus haut, permet de percevoir une plus-value, calculée au prorata des performances de l’émetteur. En effet, la valeur d’une action reflète la « santé » financière d’une entreprise.

A long terme la bourse à une structure progressive. La bourse est considérée comme l’un des meilleurs placements financiers (environ 8% par an) et est surtout, très largement accessible.

En pratique, d’autres paramètres sont à considérer. Les frais de courtage, par exemple. Mais fondamentalement, ce sont bien les variations de valeur qui entraînent les gains et les pertes des investisseurs.

Le fonctionnement d’une action : pourquoi ça monte ou ça baisse ?

Il faudrait tout un ouvrage pour expliquer les fluctuations en Bourse.

Les hausses et les baisses dépendent de facteurs concrets, mais aussi d’aléas difficiles à rationaliser.

Prenons un exemple concret. Lorsque la crise du COVID-19 a tétanisé le monde entier, les actions des grandes compagnies aériennes ont connu une chute vertigineuse. En l’occurrence, c’est l’actualité, les circonstances qui sont en cause.

La raison vient parfois de perturbations internes à la société émettrice. Un scandale qui ternit l’image du groupe. Une gestion calamiteuse suite à un remaniement de l’effectif. Au contraire, un événement positif peut encourager de nouveaux actionnaires à investir. Pour reprendre l’exemple du COVID, la reprise des voyages a relancé l’intérêt pour les actions liées au transport aérien.

Finalement, la conjoncture est loin d’être un facteur négligeable. L’inflation impacte le jeu de l’offre et de la demande. À cela s’ajoute des changements de tendances, des transformations à l’échelle des sociétés. Certains produits deviennent obsolètes, et cela pousse les entreprises à se réinventer pour ne pas sombrer.

Il y aurait bien d’autres phénomènes à décrire. Nous avons, en tout cas, voulu faire ressortir l’essentiel. C’est toute une nébuleuse de détails, de mouvements, de rouages qui expliquent les hausses et les baisses. Parfois, les prévisions sont plus simples. Mais on n’est jamais à l’abri d’une surprise. Même en déployant une analyse technique de pointe.

Pour ne pas se laisser déborder par cette instabilité, il est judicieux de construire sa stratégie de placement autour du rendement.

Le rendement d’une action : une perspective à long terme

Dans ce guide, vous l’aurez remarqué, nous ne parlons pas de trading. En effet, l’investissement en bourse tel que nous le présentons ici, celui des achats d’action, ne fonctionne pas selon le même rythme. On ne « parie » pas sur l’évolution des cours de manière détachée. L’investisseur, même à une petite échelle, participe à la capitalisation de la société.

C’est la raison pour laquelle on parle de placements. Les titres achetés ne devraient pas faire l’objet d’une revente rapide. Le déclenchement des transactions nécessite davantage de réflexion… et une perspective à long terme, justement.

La patience : une valeur essentielle quand on investit

Se précipiter vers son banquier pour tout annuler à la moindre fluctuation n’a aucun sens. Les turbulences font partie intégrante du « jeu » financier. Certains vont attendre plusieurs années avant de percevoir le retour sur investissement. On retrouve d’ailleurs des modèles d’assurance vie articulés autour des investissements en compte-titres.

Faire preuve de patience donne moins d’espace aux décisions impulsives. Vouloir absolument tout contrôler rend la gestion des risques infernale… et inefficace. Oui, le volet psychologique est primordial. Il faut apprendre à se faire confiance

… mais aussi développer un lien de confiance avec votre intermédiaire. Qu’il vous accompagne en continu ou seulement pour les démarches administratives, il reste un partenaire essentiel. Cliquer sur la première offre sans réfléchir… n’a rien de judicieux.

À propos de « cliquer », de nos jours, il existe des solutions en ligne. De manière légitime, les internautes ne savent pas toujours comment s’y retrouver. Les concurrents se multiplient. Voici quelques conseils pour bien choisir.

Comment acheter des actions en ligne ?

Investir en actions sur Internet est à la portée de toutes et tous – à condition d’être légalement éligible, bien sûr.

Plusieurs plateformes proposent d’ouvrir un compte et donnent un accès rapide aux actions en bourse. Elles sont toutes disponibles sur navigateur web ou via une application consacrée.

Pour autant, il faut rester vigilant(e). N’hésitez pas à consulter les avis des spécialistes. Basez-vous sur des critères concrets pour choisir votre courtier en ligne.

Comment choisir son courtier en ligne ?

Voici justement les principaux facteurs à prendre en compte avant de pénétrer les marchés financiers via un prestataire virtuel :

  • La fiabilité des fonds.

    L’autorité des marchés financiers veille à la légalité et à l’authenticité des sites internet concernés. Se lancer en bourse, c’est repérer uniquement les acteurs sûrs, crédibles et certifiés. Si vous soupçonnez une arnaque, n’hésitez pas à alerter les autorités.
  • Les frais prélevés.

    Chaque courtier a sa politique. Certains vont demander un pourcentage plus important sur les transactions. À vous de déterminer votre limite. Et si vous souhaitez obtenir quelques repères, n’hésitez pas à parcourir notre guide pour débutant, spécialement consacré aux frais appliqués à l’achat d’actions.
  • L’exhaustivité de l’offre.

    Plus il y a d’actions disponibles, plus les angles « d’attaque » sont nombreux. Cela dit, il faut aussi savoir délimiter ses placements pour ne pas trop diluer son capital.

    Qui plus est, à l’ère de la cryptomonnaie, un « boursicoteur » préférera sans doute opter pour un courtier qui conjugue placements financiers et trading des devises digitales ou des NFTs.

A cet effet, nous vous recommandons vivement de vous inscrire sur la plateforme Freedom24, une plateforme bien éloignée de toutes celles qu’on voit comme eToro (bien loin d’une gratuite…) :

J’en ai même rédigé un avis complet sur la plateforme Freedom24.

Je vous laisse surtout vous inscrire et profiter d’un accès gratuit, illimité, pendant 30 jours grâce à au lien ci-dessous :

Une dernière question nous paraît intéressante pour conclure ce grand dossier : est-il avantageux de tenter sa chance avec des actions françaises ?

Faut-il acheter des actions d’entreprises françaises ?

On ne peut répondre ni par oui, ni par non à cette interrogation.

Ce serait ignorer toutes les subtilités, et les « destins » particuliers des grands groupes. C’est pourquoi, après un article que nous avons déjà rédigé sur des actions à fort potentiel, dans cet article, nous vous proposons un focus sur certaines entreprises nationales majeures.

Les entités telles qu’Air Liquide, EDF ou encore la FDJ laissent entrevoir des opportunités… ainsi que des risques. Connaître tous les enjeux permet d’établir une stratégie intelligente et, nous vous le souhaitons, fructueuse.

L’achat d’actions : l’art de la mesure

Oui, acheter des actions n’a rien d’une transaction à la boulangerie. Une constellation d’acteurs, de facteurs, de paramètres sont à considérer.

Il ne faut pas voir l’investissement en Bourse comme étant une source d’argent facile. À chaque seconde, des milliers d’actionnaires à travers le monde voient leurs placements perdre une partie de leur valeur.

Ce n’est pas une raison pour renoncer totalement aux marchés financiers. Ce qui fait toute la différence, c’est d’adopter une approche raisonnable. De cultiver un art formidable : celui de la mesure.

Mesurer ses achats d’action en Bourse, c’est se renseigner auprès de sources fiables. C’est savoir s’arrêter, mais aussi oser quand les conditions semblent réunies.

Jamais vous ne pourrez compter sur les évidences. Vous pouvez, par contre, compter sur vous-même ! Sur votre capacité à acheter des actions selon une démarche fine. Ou de déléguer cette tâche à un courtier en fixant des modalités avantageuses.

Grâce à internet, les leviers se multiplient. Saisissez ces opportunités pour gagner en sérénité financière. Tant que vous observez toujours une certaine prudence et que vous gardez la tête froide, les cartes sont entre vos mains.

FAQ (Foire Aux Questions)

Comment acheter des actions gratuitement ?

En dehors de tout offre promotionnelle et commerciale, il n’y a pas d’actions gratuites. Le site affirmant 0% commission, ou action gratuite, utilisent d’autres leviers pour prélever de l’argent sur le compte de son client (spread, frais de change, frais de dépôt, frais de garde…)

Comment acheter des actions en ligne quand on est débutant ?

Avant d’acheter une action, il convient de s’inscrire sur un courtier ou une plateforme en ligne. Ce prestataire de service pourra ensuite vous proposer des produits financiers en fonction de votre expérience (actions, ETF, obligations) avec, ou non, effet de levier.

Quelles sont les meilleures actions à acheter en ce moment ?

Investir dans des actions demande de connaitre a minima votre profil d’investisseur pour cibler aux mieux les actions qui vous correspondent (actions à dividendes, défensives, spéculatives, etc.). On estime cependant que certaines actions sont à fort potentiel probable : GENERAL MOTORS, NVIDIA CORPORATION, ou encore TOTAL ENERGIES.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

blank

Mes 7 techniques confidentielles pour pulvériser la bourse maintenant révélées.

00,00€ GRATUIT  Inestimable

Comment te lancer ? générer des profits et bâtir votre liberté financière grâce aux marchés ? sans prendre de risque inconsidérable (avec mes 7 astuces inédites dévoilées dans mes emails confidentiels™.). Maintenant, je t'offre tout.

🎁 En bonus : je t'envoie aussi ma calculette unique Excel action. La seule façon de l’avoir, et découvrir toutes mes techniques avancées, est de s’inscrire à mes lettres via le formulaire ci-dessous :

Notre site utilise des cookies pour mieux vous servir, pour en savoir plus : conditions d'utilisation.